Accueil / Cinéma / THE IMMIGRANT, réalisé par James Gray

THE IMMIGRANT, réalisé par James Gray

The immigrantParce qu’il est un réalisateur rare, James Gray est toujours très attendu, tant par les critiques que le public. Au fil de ses films, il a su tisser un lien privilégié et une grande complicité avec ses acteurs, tout particulièrement Joaquin Phoenix.
Avec THE IMMIGRANT, James Gray réalise son premier film d’époque et en costumes. L’histoire se déroule en 1921. Ewa et sa sœur Magda quittent leur Pologne natale pour la terre promise, les États-Unis. Mais tout ne ressemble pas exactement au fameux rêve américain. Une fois arrivée à Ellis Island, le centre d’accueil des immigrés aux abords de New York, Magda est placée en quarantaine dans un hôpital. Ewa (Marion Cotillard) se retrouve seule dans cette nouvelle ville, où elle fait alors la rencontre de Bruno (Joaquin Phoenix). Cet homme élégant, sociable et apparemment soucieux du bien des autres, révèle petit à petit une autre facette de lui-même, que la jeune femme va découvrir au prix fort. Et les choses ne s’améliorent pas lorsque Orlando (Jérémy Renner), le cousin de Bruno, débarque en ville. Malgré cela, Ewa ne garde qu’une seule idée en tête : libérer sa sœur du centre de détention, et vivre enfin libres en Amérique.

THE IMMIGRANT
propose une certaine vision du rêve américain, ou plutôt celle de l’arrivée des migrants perdus dans un nouveau monde, qui n’a jamais aussi bien porté son nom. C’est sûrement le film le plus personnel de James Gray car il fait directement référence à l’histoire de ses propres grands-parents. On y retrouve les thèmes classiques de son cinéma : la filiation, la famille, et la morale.

James Gray aime ses acteurs et il sait les diriger pour les rendre toujours meilleurs. Dans THE IMMIGRANT, Joaquin Phoenix est splendide et illumine littéralement le long-métrage. Avec un charisme fou, il incarne un personnage au double visage, homme de lumière et de l’ombre. Le rôle de Magda est également très bien interprétée par Marion Cotillard qui a un rôle sublime. Enfin, Jeremy Renner est aussi très juste dans son interprétation de ce magicien talentueux et généreux.

the immigrant

THE IMMIGRANT est magnifique par son image : la photographie réalisée par Darius Khondji (qui avait travaillé sur SEVEN notamment) nous offre un New York des années 20 légèrement nostalgique mais jamais passéiste, servi par des tons sépia qui ne sombrent jamais dans un quelconque effet caricatural. Costumes et décors sont également de la partie, alternant les paillettes des cabarets aux noirceurs des ruelles ou des lieux de détention des immigrés.

The immigrant

Quant à l’histoire, elle est tragique et traitée sans aucun effet larmoyant, qui aurait été du plus mauvais goût. Mais ici ce n’est jamais le cas.
Néanmoins, on peut émettre un léger bémol sur le scénario, qui même s’il évoque une histoire très personnelle pour le réalisateur (sa famille a fui la Russie dans les années 20 pour arriver à New York à cette période), semble ne pas oser aller trop loin dans les bas-fonds et la difficulté terrible du parcours de ces immigrés. Il manque une légère noirceur malgré le caractère dramatique du scénario, pour créer un drame touchant et vibrant.

the immigrant

THE IMMIGRANT est un film magistralement interprété, servi par une réalisation fine et précise. Cependant, on regrette un petit manque de dramaturgie dans la trajectoire de ces personnages, ainsi qu’une pointe de manichéisme dans le caractère de ces individus. Mais ce ne sont là que d’infimes réserves sur un long-métrage qui continue de rendre le travail de James Gray tout à fait passionnant, film après film.

THE IMMIGRANT, sortie en France le 27 novembre 2013.


Article rédigé par Lui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

4 commentaires

  1. Ta critique m’a donné énormément envie de voir le film !

    • Bonjour,

      Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Je suis ravi que l’article t’ait donné envie de voir THE IMMIGRANT, c’est ce qui nous fait le plus plaisir 🙂
      Très bonne séance alors, et à bientôt sur Go with the Blog !

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top