Accueil / Cinéma / VINCENT N’A PAS D’ÉCAILLES, réalisé par Thomas Salvador

VINCENT N’A PAS D’ÉCAILLES, réalisé par Thomas Salvador

VINCENT N'A PAS D’ÉCAILLES - Go with the Blog - Affiche Voilà le premier film de super-héros français sans images de synthèse ni même effets spéciaux ! VINCENT N’A PAS D’ÉCAILLES de Thomas Salvador, c’est l’histoire de Vincent qui a un pouvoir bien particulier : lorsqu’il est au contact de l’eau, sa force se décuple considérablement. Toutefois, il garde ce pouvoir secret aux yeux de tous, jusqu’à ce qu’il croise le regard de Lucie dont il tombe éperdument amoureux.

La quiétude à laquelle Vincent aspire, ne va pourtant pas durer, et il doit se confronter aux autorités locales. Que va faire Vincent ? Comment va-t-il gérer la situation, et notamment ses sentiments vis-à-vis de Lucie ?

La grosse tendance au cinéma depuis quelques temps est aux films de super-héros, mais lorsque le français Thomas Salvador s’y attaque, c’est avec un parti-pris pour le moins déconcertant et surtout très original ! En effet dans son premier long-métrage, le réalisateur a décidé de ne pas rechercher la surenchère d’effets spéciaux. Bien au contraire, VINCENT N’A PAS D’ÉCAILLES se démarque par une réalisation et une histoire épurées au maximum. Les dialogues y sont rares, et les effets spéciaux absents.

VINCENT N'A PAS D’ÉCAILLES - Go with the Blog - Image du film

Ce choix est tout à la fois intéressant mais aussi agaçant. En effet, l’idée est parfois poussée un peu trop à l’extrême, et on aurait bien aimé un souffle d’énergie un peu plus fort au fil de l’histoire. Dans le même temps, il faut saluer le courage du réalisateur, et le vrai intérêt à proposer un film de super-héros sous un angle totalement à l’opposé des grosses productions américaines ! VINCENT N’A PAS D’ÉCAILLES construit sa propre identité et impose une singularité qui fait aussi du bien dans le cinéma.

VINCENT N'A PAS D’ÉCAILLES- Go with the Blog - Image du film1

Le film en devient attachant et poétique, parfois même drôle notamment avec une scène de poursuite façon Buster Keaton. Les trucages utilisés pour les quelques scènes d’action ont également un côté désuet très tendre et ils sont bien réalisés.

VINCENT N'A PAS D’ÉCAILLES - Go with the Blog - Image du film3

VINCENT N’A PAS D’ÉCAILLES, c’est le film avec le premier héros 100% bio ! Parfois un peu bancal et maladroit, et peut-être avec un manque de densité scénaristique pour tenir tout un long-métrage, ce premier film se doit en tout cas d’être salué pour son audace. Et c’est déjà pas si mal dans le cinéma français !

VINCENT N’A PAS D’ÉCAILLES, sortie en France le 18 février 2015.

Article rédigé par Lui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

6 commentaires

  1. Pas un chef d’œuvre en effet mais assez original, je l’avais visionné lors du FIFIB 2014 dont il est sorti vainqueur, et avais écris ces quelques ligne en sortant de la séance:

    Le vainqueur du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux. Un super-héros malgré lui version « made in France », un film original, entre humour, absurde et action. Une façon de voir un « super héros » original plutôt comme un don, dont Vincent s’habitue au fur et à mesure et sera amené à le partager, c’est très sobre et assez surprenant. Une curiosité qui passe très bien, pas un chef d’œuvre non plus mais qui se laisse regarder, à signaler un petit clin d’œil remarqué à un « collègue » américain.

    • Il faut reconnaître de l’originalité et un peu d’audace à ce film, c’est tout à fait vrai.
      Il manque juste un scénario un peu plus étoffé.

  2. « Premier film de super-héros français » C’est un peu comme ça que le film nous est vendu. Bon le FA nous donne plus la mesure du film. Long à démarrer, le reste étant l’apprentissage d’un don dont le héros, au sens de principal protagoniste, aura bien du mal à savoir quoi en faire.
    L’accroche a ainsi portée de symbole sur l’état du pays, ces valeurs, et de ces habitants. Un presque baiser (parce que ce n’est ni voulu ni au bon niveau) à la Spiderman enfonce un peu le clou. Questions cinéma, le film reste une petite curiosité plaisante et un peu poétique. Son humour et ces effets bricolés, très »made in France » en font tout le charme. Ses qualités indéniables n’effacent pas tout à fait un manque d’envergure scénaristique autre que celui d’une super-pochade indé.

    • Bonjour Widescreen,

      Je suis d’accord que le charme du film ne parvient à masquer un scénario assez faible ou plutôt assez court.

      Merci pour ton commentaire.

  3. Isabelle de Guinzan

    Je reviens du cinéma et j’ai trouvé le film vraiment attachant et plein de charme et rien que pour ça je trouve qu’il mérite bien la moyenne. On aurait sans doute pu faire mieux, plus, avec cette belle idée et même avec un budget au ras des pâquerettes. Mais j’ai trouvé au film une belle fraîcheur, de la poésie même oserais-je dire et je peux vraiment dire que j’ai passé 1h20 vraiment agréable dans ces paysages que j’ai maintenant furieusement envie d’aller visiter ! Il faut juste y aller sans aucun a priori et ne pas s’attendre à voir un film de super héros au sens où on l’entend habituellement…

    • Bonjour Isabelle,

      En effet, si on s’attend à voir de l’action et des grands effets spéciaux c’est raté !
      Je suis d’accord il se dégage une certaine poésie qui provient entre autre des paysages bucoliques.

      Merci pour ton commentaire.

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top