Accueil / Cinéma / THE NOVEMBER MAN : un espion ne meurt jamais

THE NOVEMBER MAN : un espion ne meurt jamais

the november man - go with the blog - affiche du filmPierce Brosnan est Peter Deveraux, THE NOVEMBER MAN, un personnage adapté d’une série de romans d’espionnage écrits par l’auteur américain Bill Granger. Aujourd’hui ex-agent de la CIA, Peter Deveraux se voit pourtant rappeler pour une mission particulière en Russie : il doit assurer la protection d’une certaine Alice Fournier (Olga Kurylenko).
Mais tout ne se passe pas comme prévu, et il se retrouve au cœur d’un complot à très grande échelle. Pire, il doit faire face à un terrible adversaire qu’il connaît très bien et pour cause, c’est lui-même qui l’a formé : son ancien protégé David Mason (Luke Bracey). Entre ces deux hommes, il y a donc Alice Fournier, responsable d’un cente d’accueil pour réfugiés et qui détient des secrets qui intéressent bon nombre de services secrets.

THE NOVEMBER MAN est l’occasion de retrouver Pierce Brosnan dans la peau d’un espion, moins fourni en gadgets cette fois-ci mais tout aussi engagé. Ici, il doit jouer avec son flair et son expérience. Éloigné du célèbre 007,  Pierce Brosnan semble se lâcher avec ce personnage bourru, qui aime bien boire un whisky après chaque bagarre. L’acteur n’a rien perdu de son charme et, s’appuyant sur son talent, il mène adroitement les scènes de dialogues. Son ennemi David Mason est incarné par le jeune Luke Bracey qui offre une prestation honorable ; il en est de même pour la ravissante Olga Kurylenko.

Ce long-métrage nous partage cependant entre satisfaction et déception. En effet, le film comporte quelques bonnes idées scénaristiques, notamment dans le traitement psychologique des personnages. Mais dans le même temps, THE NOVEMBER MAN révèle au fur et à mesure certaines invraisemblances dans le récit, et des facilités bien dommageables. On reste quelque peu mitigé par ces bonnes idées gâchées par des non-sens malencontreux.

THE NOVEMBER MAN - Go with the Blog - image du film

Un autre point de déception dans THE NOVEMBER MAN, ce sont les scènes de pure action, un peu faiblardes et qui manquent souvent de punch. La faute peut-être à un Pierce Brosnan vieillissant et qui ne peut pas forcément s’agiter dans tous les sens comme au bon vieux temps. De manière générale, les séquences d’action déçoivent, et on ne ressort pas totalement emballés par celles-ci.
Peu de bagarres, des fusillades finalement assez simples, ce film d’espionnage manque par moments d’ambition et de prises de risques.

Du côté de la mise en scène, on ne relève guère de défauts, l’ensemble est bien filmé et pour le coup, les scènes d’action sont très lisibles, à défaut d’être efficaces. L’une des bonnes idées du réalisateur, c’est l’exploitation du caractère urbain de son long-métrage où les villes servent pleinement de décors à l’intrigue. Sans une démesure de moyens, THE NOVEMBER MAN parvient à ne pas donner la sensation d’un film low-cost, bien au contraire.

the novemberman - go with the blog -  image du film

Malgré quelques bonnes idées, THE NOVEMBER MAN parvient difficilement à transformer l’essai. Alternant le bon comme le décevant, on ressort frustré plus qu’autre chose au final. Dommage, car il est pourtant vraiment plaisant de revoir Pierce Brosnan dans un costume d’espion qui lui va toujours aussi bien !

Page Facebook officielle THE NOVEMBER MAN.

THE NOVEMBER MAN, sortie en France le 29 octobre 2014.

Article rédigé par Lui.

THE NOVEMBER MAN - bandeau du film Pierce Brosnan - Go with the Blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

5 commentaires

  1. Sorte de Bourne pépère, le film est très plaisant justement pour son classicisme et ces scènes efficaces quasi plausibles. Le scénario envoie du plus lourd, mais pourquoi pas, on vit une époque bien curieuse. Le charme réel opère comme un trou normand entre deux plat de résistance.

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top