Accueil / Cinéma / GEMMA BOVERY : variations sur le même t’aime

GEMMA BOVERY : variations sur le même t’aime

GEMMA BOVARY - Go with the Blog - Affich edu filmRéalisé par Anne Fontaine, GEMMA BOVERY est l’adaptation du roman graphique du même nom de l’anglaise Posy Simmonds, à qui l’on devait déjà TAMARA DREWE (porté sur grand écran en 2010). Très belle variation autour du roman de Gustave Flaubert « Madame Bovary » que l’on ne présente plus, GEMMA BOVERY flirte avec une légèreté et une fraîcheur très maîtrisées entre la pure comédie romantique et le drame social. Gemma Arterton et Fabrice Luchini forment un étonnant et irrésistible duo !

Martin (Fabrice Luchini) a quitté la vie parisienne il y a une dizaine d’années, pour s’installer comme boulanger dans un village normand. Il y mène une existence tranquille avec son épouse et son fiston, quand un couple d’anglais, Charles et Gemma Bovery (Gemma Arterton), s’installe dans la maison en face de chez lui. Amoureux des romans de Flaubert, Martin y voit comme un signe du destin dans le nom de ces anglais, et il s’improvise narrateur à distance de la vie de ce couple, et surtout de celle de Gemma.

Qui d’autre que Fabrice Luchini aurait bien pu incarner Martin, ce boulanger à l’imagination débordante et passionné de littérature française ?! Persuadé que la vie imite l’art, le personnage de Martin est un rôle taillé sur mesure pour l’acteur, qui joue ici une partition mesurée, laissant simplement libre court à sa verve légendaire dans quelques séquences irrésistibles, où la libido du personnage se retrouve chamboulée !

L’inénarrable Fabrice Luchini semble beaucoup s’amuser à jouer ici l’entremetteur du destin romanesque de ses voisins, mais surtout à incarner un double de l’écrivain Gustave Flaubert lui-même.

GEMMA BOVERY - image du film 3 - Go with the Blog

Face à lui, la délicieuse Gemma Arterton, jeune actrice britannique, déploie avec un naturel déconcertant son charme ravageur, faisant tourner la tête à ce pauvre Martin qui n’en demandait pas tant !
Mais il ne faut pas réduire la comédienne à son corps sensuel et son ensorcelant sourire. Gemma Arterton fait preuve d’un jeu plein de nuances, et donne la réplique à Luchini sans jamais disparaître devant l’acteur aguerri, bien au contraire ! Du coup, leur duo trouve un équilibre de tous les instants, chacun jouant son numéro de séduction à peine déguisé pour mieux entraîner l’autre dans ses filets.

GEMMA BOVERY - image du film 2 - Go with the Blog

La réalisatrice Anne Fontaine réussit magnifiquement l’adaptation du roman graphique de Posy Simmonds, et livre une comédie pleine de fraîcheur, de dérision, parsemée d’un tas de petites trouvailles vraiment bien senties. Le film trouve un équilibre intéressant entre humour, second degré, dérision, et puis romantisme et séduction.
Cette variation amoureuse sur le même t’aime (clin d’œil au titre de l’album de Vanessa Paradis écrit en 1990 par Serge Gainsbourg), se savoure avec grand plaisir. Et puis surtout GEMMA BOVERY se révèle une histoire malicieuse, attachante et intelligente.

Pour conclure, il faut absolument mentionner la présence de l’actrice Elsa Zylberstein dans un second rôle qui lui va à merveille, et où elle se moque beaucoup d’elle-même avec une auto-dérision totalement géniale !

Et nous tenons aussi à saluer les prestations de Gus et Carrington, les deux petits chiens du film qui ont un charme fou (et qui pourraient faire l’objet d’un spin-off, oui oui !).

GEMMA BOVERY, sortie en salles le 10 septembre 2014.

Article rédigé par Elle.

GEMMA BOVERY Gemma Arterton 2014 - Go with the Blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

18 commentaires

  1. Très bon film avec une pointe d’humour !!! Les acteurs sont fantastiques, les 2 petits chiens sont merveilleux. Et j’ai adoré le petit tour de Julien à la fin du film, pas si stupide que ça le fiston.

    • Bonjour Marie-Claire,

      Merci pour ton avis sur le film 🙂
      Les petits chiens sont irrésistibles, on est bien d’accord !
      La pointe d’humour dans la scène finale, est très amusante.

      À très bientôt sur Go with the Blog 😉

  2. Le film offre une distrayante sortie ciné, surtout grâce au charme de Gemma Arterton souvent en français svp et même en short dans un plan trop court, à l’instar de celui sur la table du salon, dans un cadre et un personnage presque similaire à celui de Tamara Drewe, autre rôle titre, tiré d’un roman graphique du même auteur. Les seconds rôles y apportent également un petit plus, ici de fraicheur et de respiration.
    Anne Fontaine n’a pas la même acidité que Frears, loin s’en faut, et son propos n’est peut-être pas le même. Tout au plus celui de s’amuser avec un autre roman célèbre, base du titre, sans avoir à se frotter à une énième adaptation et des comparaisons.
    Bonne manière d’approcher un Luchini dans un registre (trop) connu avec ses hauts et ses bas. Son personnage est surtout bien vue lorsque ses pauvres espoirs sont tournés en dérision. J’aurais aimé qu’une des phrases qu’il prononce, de mémoire: « fini la tranquillité sexuelle » soit plus marqué que résumé à un désir plutôt platonique.
    Il y a 2 fins, une vraie et une fausse. La seconde qui montre bien que cet intellectuel déçu ne vie qu’au travers de la littérature et s’amourache d’une héroïne fantasmé, plutôt que d’un être de chair et de sang. (D’accord avec Marie-Claire sur le Julien)
    La première, « dans un moment particulièrement important » un peu expédié, rejoint enfin Frears en nous montrant 3 pauvres hommes, chacun s’accusant soi même de la perte de l’être aimé. Comme quoi la vie n’imite pas forcement l’art.
    Distraction moyenne donc en n’offrant pas une réelle réflexion.

    PS: On reconnait là votre passion pour les animaux, vu dans vos tweets (visitez WideScreen pour mes photos du zoo d’Amnéville fin aout) dans le final de votre critique du film.

    • Bonjour kub57,

      D’abord merci pour ton avis très pertinent sur le film.
      Tu fais bien d’évoquer TAMARA DREWE, je n’ai pas eu le temps de le faire dans mon article.
      Le film est avant tout « distrayant » comme tu dis, et effectivement Anne Fontaine a privilégié la légèreté à la réflexion trop profonde. Même s’il est vrai qu’il y a du fond dans le personnage interprété par Fabrice Luchini.

      Ton point de vue sur les « deux fins » du film est intéressant, la référence à Frears plutôt bien sentie.

      PS : oui, on aime beaucoup les petits animaux 😉 Merci pour la recommandation, on va aller voir tes photos sans faute, merci !

  3. j’ai beaucoup aimé le film,l’histoire,les acteurs,la lumière.comment ne pas sourire face à ce Martin Joubert rêveur et poétique qui voit la beauté en chaque chose.Lucchini y est sa place.Elsa Zylbersten merveilleuse en femme superficielle qui dit adorer la simplicité…Gemma Chaterton dotée d’une beauté captivante(et avec un accent british qui la rend encore plus séduisante).bref,j’ai adoré

  4. Je suis allé voir ce titre tout récemment au cinéma et je l’ai trouvé vraiment intéressant. C’est définitivement un titre que je recommande à tout le monde.

  5. Ayant étudié Mme Bovary en cours, j’appréhendais premièrement d’aller voir ce film en salle, ne sachant vraiment pas a quoi m’attendre. Le film Madame Bovary avec Isabelle Hupert, ne m’ayant vraiment pas marqué, ne me donnait pas envie de découvrir un nouveau personnage tiré de ce roman. Et pourtant j’ai été comblée, oh plus que comblée, on tombe littéralement sous le charme de Gemma Bovery, et bien qu’on pourrait penser que ce ne sont que les hommes qui seraient intéressés, et bien j’ai moi même trouvé Gemma Arterton très séduisante dans ce rôle, et son petit accent anglais lui donne un charme fou. Fabrice Luchini est excellent dans son rôle également, et le duo qu’ils forment apportent une touche d’humour délicieuse ! Ainsi que de voir tout les liens que Martin retrouve du chef d’œuvre de Flaubert, nous aussi on a envie d’y croire et de réagir de la même manière que lui.

    C’est donc un film que je conseille vivement !

    • Bonjour JenWilliams,

      Merci pour ton commentaire avisé !
      Je suis bien d’accord avec toi : je suis aussi une fille, et je trouve Gemma Arterton irrésistible et pleine de charme ! Elle illumine véritablement le film.
      À très bientôt sur Go with the Blog !

  6. Quant aux noms des deux chiens,
    Gus : Gustave
    Carrington: peintre – décoratrice anglais, comme Emma ..

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top