Accueil / Cinéma / THE GIVER : ça ne passe pas pour Le Passeur

THE GIVER : ça ne passe pas pour Le Passeur

TGE GIVER - GO WITH THE BLOG - AFFICHE DU FILMLes films pour ados se suivent, et certains diront qu’ils se ressemblent … En tout cas, THE GIVER, comme ses prédécesseurs, est l’adaptation d’une œuvre littéraire, en l’occurrence la tétralogie de Loïs Lowry dont « Le Passeur » (« The Giver » en anglais donc) est le premier tome.
Nous voici dans une société futuriste où toutes les émotions ont été supprimées. Chacun se voit alors attribuer une tâche et un métier en fonction de ses facultés à l’aube de sa majorité. Lors de la cérémonie d’émancipation, le jeune Jonas se retrouve avec un rôle très particulier à tenir : celui du futur Passeur. Tous les jours auprès du Passeur actuel, il apprend sa nouvelle tâche et la mission qui sera bientôt la sienne. Mais très vite, il prend connaissance de bien des secrets, et surtout de l’importance de son rôle … jusqu’à vouloir enfreindre les règles.

Même si le genre du film pour adolescents en quête d’émancipation, ne nous est pas particulièrement destiné, il nous arrive d’en apprécier certains, comme dernièrement LE LABYRINTHE. Mais il faut bien avouer que THE GIVER nous a laissés totalement de marbre. Pire, il nous a ennuyés.

L’un des premiers gros soucis, c’est l’absence de rythme et de rebondissements dans ce récit. Il ne se passe vraiment pas grand chose, et les scènes paraissent longues, très longues. On a l’impression de ne pas progresser dans l’histoire. Les éléments scénaristiques se mettent en place avec une incroyable lenteur ; et lorsqu’il y a un tant soit peu d’action, cela dure quelques courtes minutes et sans grand éclat. De plus, le scénario est sans surprises et péniblement prévisible.
THE GIVER - Le Passeur Katie Holmes film movie 2014 - Go with the Blog

Ce long-métrage s’avère donc très bavard, et compte finalement beaucoup sur ses acteurs pour dynamiser son récit. Or, ces derniers ne sont malheureusement pas des plus convaincants. Manquant de charisme et sans profondeur d’interprétation, Brenton Thwaites (qui joue le personnage de Jonas) endosse le rôle principal, mais livre une prestation sans saveur.

Même Meryl Streep est pour une fois engoncée dans son rôle, mais le personnage qu’elle incarne est si caricaturale qu’on ne peut lui guère en vouloir. Seul, Jeff Bridges tire son épingle du jeu, mais c’est une pâle victoire par défaut.
Un dernier mot sur le casting avec l’attraction Katie Holmes, qui signe un retour au cinéma en douceur avec un rôle secondaire : certes peu présente, elle offre néanmoins une prestation tout à fait respectable et plaisante.

the giver - go with the blog - image du film

Dans THE GIVER, la réalisation n’est pas non plus des plus dynamiques et reste extrêmement académique. De plus, elle ne parvient pas à sublimer visuellement ce récit qui a pourtant un fort potentiel et de la matière à travailler : en effet, après une ouverture du film en noir & blanc (un recours au noir & blanc directement lié à l’histoire), l’apparition des couleurs aurait pu être synonyme de belles séquences, mais il n’en est rien. Les décors futuristes sont également assez décevants et manquent de grandeur.

Enfin, THE GIVER ne nous épargne pas la lourdeur de bons sentiments, accentuée par des personnages caricaturaux. Les quelques scènes mélodramatiques sont loin d’être réalisées dans la finesse, et finissent par devenir agaçantes tant on voit les ficelles utilisées. La bande originale n’arrange rien dans les artifices parfois grossiers.

The Giver - go with the blog - image du film

Au final, THE GIVER ne nous a pas du tout convaincus. En dépit d’un pitch de départ qui avait du potentiel, l’ensemble se révèle ennuyeux sur grand écran, et malheureusement pas très bien joué. On ne se passionne ni pour l’histoire assez convenue, ni pour des personnages sans grand relief, voire à la limite de l’antipathie.

Page Facebook officielle du film THE GIVER.

THE GIVER, sortie en France le 29 octobre 2014.

Article rédigé par Lui.
THE GIVER - bandeau visuel large film 2014 Le Passeur Thwaites - Go with the Blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

4 commentaires

  1. Bon alors moi j’ai adoré mais bon je suis très bon public pour le young adult.
    Le début m’a fait penser à divergente mais comme le livre a 20 c’est divergente qui a du beaucoup plagier.
    J’avoue que ça m’a quand même laissé un arrière goût de « résumer à l’extrême ». Ça m’a donné envie de lire le livre et je crois que c’est une trilogie et ça devait être très original pour l’époque bien avant cette mode du young adult.
    A mon avis l’auteur a eu un délire de « rite initiatique sous ecsta » il doit y avoir une autre lecture du film .
    ça m’a fait penser au 70’S . (Et je l’ai largement préféré au labyrinthe comme je ne connaissais pas l’histoire avant)

  2. Bonjour,

    L’essentiel est que tu aies passé un bon moment ! 🙂
    Et en plus si cela t’as donné envie de lire la saga, tant mieux

    Merci pour tes commentaires. Toujours un plaisir de te lire !

  3. Alors voilà j’ai fini le livre et je vais faire un comparatif sans trop spoilier ^^

    d’abord c’est une série de 4 livres mais c’est pas une saga les histoires sont indépendantes les unes des autres je crois ça doit se passer à chaque fois dans un monde différent .

    alors dans le livre c’est le passage de ses 12 ans (mais comme les américains sont puritains et que c’est plus vendeur un petit jeune). le films suit bien le livre. mais l’histoire ce passe en 1 ans. et dans le livre il y a plus de détails.
    il n’y a pas d’amourette vu que c’est un enfant. et la fin c’est comme dans le film sauf qu’il n’y a pas l’histoire avec la fille et pas de « discours » du passeur, ça fini et c’est tout.
    le passeur donne ses souvenirs et les perds ensuite du coup . voilà ^^ le livre ce lit assez vite et c’est pas spécialement pour enfant

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top