Accueil / Cinéma / HOUSE OF TIME : il est temps de rentrer

HOUSE OF TIME : il est temps de rentrer

HOUSE OF TIME - Affiche du film Jonathan Helpert 2016 - Go with the BlogVoyager dans le temps sans Tardis ni DeLorean* ?! … C’est possible avec HOUSE OF TIME !
Après avoir réalisé le court-métrage BLACK ENCHANTMENT (primé au German Camera Award pour la photographie), puis le long-métrage ROCHEMORT en 2012, le jeune réalisateur français Jonathan Helpert nous livre son deuxième film intitulé HOUSE OF TIME.

Dans HOUSE OF TIME, plusieurs amis se retrouvant entraînés dans une expérience hors du commun ! Robert d’Eglantine, un créateur de jeux vidéo et spécialiste de physique quantique, invite des amis dans son château perdu dans la campagne, afin de leur faire partager une expérience un peu spéciale. En effet, selon ses calculs et grâce à son ‘Spectran’, une faille doit s’ouvrir dans le continuum espace-temps à 23h37. Elle va alors les projeter soixante-dix ans en arrière, en mai 1944, en pleine occupation allemande.

Jeu de rôles grandeur nature ou véritable voyage dans le temps ? Les événements qui vont se dérouler dans ce château pourraient changer le cours de l’Histoire …

Bercé depuis son plus jeune âge par des films comme LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS (réalisé par George Pal en 1960) et la saga culte RETOUR VERS LE FUTUR – qu’il connaît par cœur -, Jonathan Helpert a toujours été attiré par le voyage temporel.

Lors de ses recherches, le cinéaste a découvert que les nazis avaient cherché à expérimenter le voyage dans le temps. Ils étaient en effet en quête d’une arme ultime qui leur permettrait de gagner la Guerre, Hitler en était le premier persuadé … C’est sur cette découverte que Jonathan Helpert a eu l’idée de son film !
HOUSE OF TIME - Image du film 1 Jonathan Helpert Blue Moon Distribution - Go with the Blog

L’histoire en elle-même est plus ou moins captivante, HOUSE OF TIME joue sur notre façon de percevoir la réalité du voyage temporel. Le spectateur, tout comme les protagonistes du film, remet ce voyage temporel en question perpétuellement. C’est cette incertitude qui rend le film intriguant et parfois amusant.

Le choix des personnages est fait pour donner plus de sens à ce voyage temporel. Cela s’avère être cependant un peu maladroit. Une juive fiancée à un amoureux des décorations allemandes, entourés de deux américains, un breton, une infirmière, et un passionné en physique quantique … L’autre souci scénaristique, c’est aussi que les personnages se prêtent un peu trop facilement à ce voyage temporel.

Par ailleurs, les personnes rencontrées par le groupe tout au long de cette expérience, sont-ils de très bon acteurs, ou d’authentiques habitants … ? Par exemple, la rencontre avec une Résistante faisant irruption dans la demeure, accentue ce doute sur la réalité de la situation.

L’histoire d’amour entre le personnage de Louis Legarec (le breton) et celui de Mathilde Barthélémy (la Résistante) est plutôt puérile et superflue. Le film essaie de tourner cette histoire d’amour en dérision, mais le fait qu’elle existe ne pallie pas au problème …

Les acteurs évoluant dans ce huis clos, tels que Pierre Deladonchamps (César du Meilleur espoir masculin en 2014 pour L’INCONNU DU LAC), Laura Boujenah, ou encore l’américain David Atrakchi (connu pour son rôle dans la série télévisée LE TRANSPORTEUR), jouent leur rôle sans grande force ni originalité. Certes, le caractère et la psychologie des personnages ne penchent pas non plus en leur faveur. Leurs jeux respectifs reflètent des personnages naïfs et finalement peu attachants.

Du côté du scénario, il se révèle également assez naïf : on aurait aimé avoir des informations plus détaillées sur le processus par lequel le groupe voyage dans le temps. L’appui sur un simple bouton n’est malheureusement pas suffisant.
Par ailleurs, l’une des incohérences de cette expérience reste le processus du voyage temporel, qui se trouve être différent entre l’aller et le retour … En effet, entre faire l’effort d‘appuyer sur le bouton à 23h37 très précisément, et appuyer quand on le souhaite au retour, une petite différence existe.
Enfin, la scène de la Gestapo illustre bien la crédulité du scénario et même celle des personnages.
Hormis ces défauts, HOUSE OF TIME reste fidèle à son projet initial, et le film a le mérite de raconter cette histoire avec conviction. Par ailleurs, les décors comme le lieu central de l’histoire, sont bien exploités, et nous font voyager en 1944, nous immergeant dans cette mystérieuse expérience. D’ailleurs, le château qui sert de décor principal, est un hommage direct à Agatha Christie et au célèbre roman « Dix petits nègres », à travers l’enfermement en huis clos dans l’enceinte du château.

Malgré une certaine naïveté, HOUSE OF TIME aurait sûrement mérité une durée un peu plus longue afin d’éclaircir quelques questions. Néanmoins, si vous souhaitez découvrir une histoire originale sans vous prendre la tête, vous pouvez aller voir ce thriller fantaisiste, français de surcroît !

 

* Tardis est la machine à voyager dans le temps de la série télévisée DOCTOR WHO, et la DeLorean est la voiture à voyager dans le temps de la saga cinéma RETOUR VERS LE FUTUR.

HOUSE OF TIME, sortie en France le 13 janvier 2016.

Article rédigé par Théotime.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top