Accueil / Cinéma / DEALER : bienvenue à Cocoland

DEALER : bienvenue à Cocoland

Dealer - Go with the Blog - AffichePremier film du réalisateur franco-congolais Jean-Luc Herbulot, DEALER est comme son nom l’indique, un film sur le trafic de drogues. On suit pendant toute une journée un dealer de Paris, mais une journée pas tout à fait comme les autres … Un gros coup l’attend, celui qui va enfin permettre à Dan de quitter tout ce merdier, qui se termine souvent par la mort ou la prison.
Dan rêve de fuir en Australie avec sa fille pour lui offrir un meilleur avenir, et pour lui en avoir un tout court. Mais tout ne se passe pas comme prévu, et cette journée s’annonce longue et pleine de surprises. Vouloir finir au soleil, ça se mérite!

Outre le fait de parler d’un sujet assez rare dans le cinéma français, et donc de mettre au centre du récit un dealer de drogue, DEALER est aussi un film très singulier car il s’inspire librement de la vie de l’acteur principal Dan Bronchinson !

Réalisé avec un très petit budget, environ 165 000 euros, DEALER a également été tourné en un temps record, douze jours à peine, et de manière indépendante dans les rues de Paris. Intéressant et original sur le papier, que nous réserve donc ce film ? … Notre curiosité est allée le vérifier, et on vous donne notre avis.

DEALER ne dure que 1 heure 15, ce qui est plutôt court, et cela s’explique en grande partie à cause du budget limité, mais pas uniquement. En effet, c’est un film incisif qui va droit au but, avec une approche très radicale ! Dès les premières minutes, les personnages et le scénario sont posés. Nous allons suivre pas à pas vingt-quatre heures de la vie de Dan, le personnage principal. Pas de fioritures dans la réalisation, la caméra est au plus près des personnages, au cœur de l’action, et elle est aussi nerveuse que les personnages le sont eux-mêmes !
DEALER - Image du film de Jean Luc Herbulot Viméo e-cinéma - Go with the Blog
Parlons-en des personnages, pas vraiment des héros, plutôt des galériens qui sont tantôt les tortionnaires, tantôt les victimes. Leur langage est comme leur quotidien, brutal et direct. Ce long-métrage nous offre quelques punchlines bien senties, notamment avec à travers la voix du narrateur qui est celle du personnage principal.

Tout est cash, le verbiage bien sûr, mais aussi la violence physique et psychologique. Le but est de retranscrire la réalité dans toute sa véracité, et pas de créer un univers. Dan est un macho violent, qui ne pense qu’à sa gueule. Il n’y a pas de poésie ni dans les dialogues ni dans la réalisation, on est dans le récit sous forme d’uppercut. 

Dealer - Go with the Blog - Image

Le format assez court et la réalisation nerveuse font que l’histoire se déroule sans temps mort ; on passe d’une galère à une autre avec un intérêt suffisant pour ne pas lâcher le récit. Certes, le protagoniste n’est pas très attachant, néanmoins cela n’empêche pas l’envie de vouloir connaître le dénouement. 

Bien loin d’être un coup esseulé, DEALER est le premier épisode d’une trilogie sur des personnages de la rue. Souhaitons au réalisateur qu’il puisse continuer son projet pour découvrir les autres personnages des prochains films. 

Dealer - Go with the Blog - Image

DEALER, sortie dès le 1er octobre 2015 en exclusivité sur Vimeo On Demand.

DEALER, sortie en VOD* le 1er novembre 2015.

* VOD = Exclusivement sur vos services de vidéo à la demande, à savoir My TF1 Vidéo, Club Vidéo SFR, FilmoTV, Google Play, Itunes, Orange, Pluzz VAD, VideoFutur, Wuaki.TV.


Article rédigé par Lui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

Un commentaire

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top