Accueil / Cinéma / Danny Boyle : sa filmographie à travers 10 chansons cultes

Danny Boyle : sa filmographie à travers 10 chansons cultes


Depuis son premier film en 1994, Danny Boyle est un réalisateur qui a toujours accordé une place essentielle et centrale à la musique dans ses films.

Le réalisateur britannique, issu de la culture punk des années 1970 (c’est lui qui le dit), sait nous concocter des playlists aux petits oignons, et il réussit souvent à piocher LA bonne chanson qui incarnera à jamais dans l’esprit du public chacune de ses réalisations ! … Nous avons donc décidé de choisir 10 chansons cultes et marquantes dans la filmographie de Danny Boyle. C’est parti, montez le son !  😉

1.  PETITS MEURTRES ENTRE AMIS
(sortie en France le 19 avril 1995)
Le tout premier long-métrage de Danny Boyle marque aussi sa rencontre avec celui qui va devenir son acteur fétiche, Ewan McGregor. Violent, cynique, drôle et totalement barré, PETITS MEURTRES ENTRE AMIS est un vrai régal, tout en faisant le constat amer que l’argent ne fait vraiment pas le bonheur.
On écoute « My Baby Just Cares For Me » de Nina Simone qui fait partie de la bande originale.

2.  TRAINSPOTTING
(sortie en France le 19 juin 1996)
Danny Boyle adapte le roman du même nom de Irvine Welsh, et signe alors un long-métrage qui va très vite devenir culte ! Porté par un casting sensationnel (Ewan McGregor, Robert Carlyle, Jonny Lee Miller, Ewen Bremner), TRAINSPOTTING ne ressemble à aucun autre film, et inscrit dans l’esprit des spectateurs des scènes étourdissantes, radicales, inoubliables.
La bande originale de TRAINSPOTTING est devenue aussi culte que le film lui-même ; en 1996, l’album de la BO s’est d’ailleurs particulièrement bien vendu dans le monde entier. Difficile de ne retenir qu’un seul titre de cette bande originale tant chaque chanson utilisée dans le film illustre sublimement chaque séquence ! … Mais au milieu de Blur, Lou Reed, Iggy Pop, on a choisi le « Born Slippy » de Underworld.

 

3.  UNE VIE MOINS ORDINAIRE
(sortie en France le 10 décembre 1997)

On va être honnête, c’est vraiment loin d’être le film le plus intéressant de Danny Boyle … En dépit d’un casting irréprochable (Cameron Diaz, Holly Hunter, Ewan McGregor, Stanley Tucci), UNE VIE MOINS ORDINAIRE patauge dans un scénario foutraque, et ce n’est pas les tentatives d’humour dans le film qui sauvent l’affaire.
Malgré tout, D. Boyle garde ce talent formidable pour dénicher des chansons et des groupes anglo-saxons qui donnent systématiquement une envergure supplémentaire à son travail. Il sollicite ici les irlandais de ASH pour composer un morceau spécialement pour le film, une petite bombe power pop intitulée « A Life Less Ordinary », qui continue aujourd’hui encore à faire partie des titres incontournables du groupe en concerts !

 

4.  LA PLAGE
(sortie en France le 16 février 2000)
Alors qu’on attendait une nouvelle collaboration entre Danny Boyle et Ewan McGregor, c’est finalement Leonardo DiCaprio qui décroche le premier rôle de LA PLAGE, adaptation du roman culte d’Alex Garland, avec à ses côtés les français Virginie Ledoyen et Guillaume Canet. Il s’agit ici de la première aventure hollywoodienne de Danny Boyle, qui bénéficie pour l’occasion d’un budget conséquent.
Le titre phare du film c’est « Pure Shores » des All Saints, un girls band anglais qui connaît un gros succès international à la fin des années 1990, et qui profite de cette collaboration avec le cinéma pour booster sa popularité.

 

5.  28 JOURS PLUS TARD
(sortie en France le 28 mai 2003)
Avec TRAINSPOTTING, c’est personnellement mon film préféré de Danny Boyle !
Déçu par son expérience à Hollywood avec LA PLAGE, le cinéaste revient au Royaume-Uni et embarque avec lui l’écrivain Alex Garland, qui signe le scénario de 28 JOURS PLUS TARD. Ce film de science-fiction post-apocalyptique poursuit les questionnements sur nos sociétés modernes et aliénées déjà présentes dans LA PLAGE.
Le génial Cillian Murphy tient ici le rôle principal, et dans une séquence hallucinante et absolument grandiose, on le découvre dans un Londres désertique et dévasté. Le jeune homme erre seul dans des rues vides à l’infini, le tout au son du groupe de post-rock canadien Godspeed You! Black Emperor et leur sidérant « East Hastings ». Refusant les effets spéciaux et les CGI, Danny Boyle réalise cette séquence quasiment uniquement à partir de caméras de vidéosurveillance, et pousse ainsi encore plus loin le curseur de l’angoisse !

 

6.  MILLIONS
(sortie en France le 06 juillet 2005)
Sans nul doute le long-métrage le moins connu de la filmographie de Danny Boyle, MILLIONS n’a jamais réussi à séduire ni le public ni les critiques à sa sortie. C’est pourtant le seul film du cinéaste à ne pas être ‘Rated R’ aux États-Unis !
Adapté du roman de Frank Cottrell Boyce et filmé quasiment à hauteur d’enfant, cette vraie fausse comédie raconte comment deux gamins vont dépenser le butin d’un cambriolage dont il se sont retrouvés par hasard en possession. Pour la bande son du film, Danny Boyle confie les manettes à son ami compositeur John Murphy, tandis qu’en tant que réal toujours à l’affût des tendances, il va piocher deux morceaux chez les anglais de Muse, « Blackout » et « Hysteria » qui illustre la séquence très chorégraphiée et nerveuse du vol dans le train.

7.  SUNSHINE
(sortie en France le 11 avril 2007)
Danny Boyle retrouve le comédien Cillian Murphy et lui offre à nouveau un premier rôle dans ce film de science-fiction très singulier. L’histoire : En 2057, le Soleil meurt en s’éteignant progressivement. Un vaisseau avec un équipage de huit astronautes est alors envoyé dans l’Espace pour tenter de le rallumer …
Avec SUNSHINE, le cinéaste pioche son inspiration aussi bien du côté de ALIEN, 2001 L’ODYSSÉE DE L’ESPACE, ou encore SOLARIS.

La bande originale est composée par John Murphy, acolyte de longue date de Danny Boyle, qui a déjà travaillé avec lui sur plusieurs de ses films. Il offre au long-métrage une dimension onirique et grandiloquente grâce à des compositions impressionnantes de maîtrise. On écoute le morceau le plus connu, souvent utilisé depuis dans des publicités et même dans d’autres films : « The Surface of The Sun (Adagio in D Minor) ».

 

8.  SLUMDOG MILLIONAIRE
(sortie en France le 14 janvier 2009)
C’est le plus gros succès de Danny Boyle. Carton au box office en Amérique du Nord, en Europe, et surtout en Inde où il a été tourné en grande partie, SLUMDOG MILLIONAIRE rafle huit Oscars en 2009 (dont Meilleur Film et Meilleur Réalisateur), sept BAFTA, quatre Golden Globes, … et révèle également au grand public l’acteur Dev Patel et l’actrice Freida Pinto.
Pour illustrer cette histoire d’un jeune homme issu d’un bidonville de l’Inde qui parvient à décrocher le jackpot au jeu télévisé ‘Qui veut gagner des Millions ?’ de son pays, Danny Boyle sollicite l’auteur, compositeur, producteur indien Allah-Rakha Rahman (dit A. R. Rahman). Dans la foulée du succès du film, la bande originale reçoit un Golden Globe, un BAFTA, deux Oscars, et même deux Grammy Awards ! Outre le travail de Rahman, la chanteuse et musicienne britannique d’origine sri-lankaise M.I.A. ajoute deux morceaux à cette BO, dont « Paper Planes » qui devient un hit single dans de nombreux pays.

 

9.  127 HEURES
(sortie en France le 23 février 2011)
Adaptation de l’autobiographie de l’alpiniste et baroudeur américain Aron Ralston, 127 HEURES raconte sa terrible aventure dans le Blue John Canyon (dans l’Utah aux État-Unis) : victime d’une chute, le jeune homme de 27 ans se retrouve coincé dans un cratère, le bras droit entièrement bloqué et écrasé par un rocher qui s’est détaché.
Danny Boyle réitère ici sa collaboration avec l’indien A. R. Rahman qui écrit toute la musique du film, et compose également le morceau « If I Rise » de la chanteuse britannique Dido, qui elle en signe les paroles avec son frère. Cette chanson figure sur la bande originale de 127 HEURES.

 

10.  T2 TRAINSPOTTING
(sortie en France le 1er février 2017)
Vingt ans après TRAINSPOTTING, Danny Boyle retrouve Renton, Spud, Sick Boy et Begbie ! Tout le casting originel est de retour, et ensemble avec leur réalisateur, ils questionnent le temps qui passe, les erreurs du passé, les trahisons, et acceptent de regarder en face leurs actes manqués.
T2 TRAINSPOTTING est profondément marqué par une mélancolie douce amère qui parcourt tout le film. Une fois de plus, Danny Boyle prolonge sa vision de cinéaste à travers sa bande originale : il mêle des vieux titres (de Blondie, Queen, …), des réminiscences de son premier film (le remix de « Lust For Life », ou encore ce « Slow Slippy » d’Underworld faisant directement écho à « Born Slippy »), et des petites pépites comme la chanson intitulée « Silk » du jeune groupe anglais Wolf Alice, que l’on a choisi de mettre en écoute ici. Ce morceau porte en lui l’exacte mélancolie contenue dans T2 TRAINSPOTTING.

Retrouvez notre article critique sur T2 TRAINSPOTTING.

Article rédigé par Elle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

Un commentaire

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top