Accueil / Cinéma / CAKE : le grand rôle dramatique de Jennifer Aniston

CAKE : le grand rôle dramatique de Jennifer Aniston

CAKE - Go with the Blog - Affiche du FilmVoilà un film qui de prime abord, se donne toutes les apparences du « film à récompenses » pour son actrice. CAKE raconte en effet l’histoire de Claire Bennett (Jennifer Aniston), ancienne avocate qui tente aujourd’hui de se remettre d’un terrible drame qui l’a laissé lourdement handicapée, et le corps balafré de cicatrices, y compris sur son visage.
Son mari et ses amis se sont éloignés, et seule chez elle avec comme unique soutien la présence de sa femme de ménage Silvana, Claire Bennett devient agressive, insultante, et se laisse peu à peu aller à une addiction aux tranquillisants pour supporter la douleur de son corps.

On n’en dira pas davantage sur le scénario de ce film, car CAKE prend particulièrement soin de nous dévoiler petit à petit la tragédie qui a frappé le personnage de Claire Bennett, jusqu’à la scène finale. Il est donc important d’aller découvrir ce film en en sachant le moins possible sur son histoire.

En revanche, cela ne nous empêche pas d’évoquer à la fois la prestation de Jennifer Aniston, qui porte absolument à bout de bras ce long-métrage, ainsi que la manière dont ce sujet délicat est ici abordé.

Depuis l’arrêt de la série culte FRIENDS qui l’avait révélée au grand public, Jennifer Aniston a surtout tenu le haut de l’affiche au cinéma dans des comédies, certes souvent réussies et fun. Mais la quarantaine passée, l’actrice américaine aimerait sans doute aussi laisser sur son CV quelques rôles un peu plus marquants, historie de valider définitivement son statut d’incontournable à Hollywood.

Jennifer Aniston trouve avec CAKE un écrin idéal pour prouver à la face du monde qu’elle peut aussi être une très bonne actrice dramatique. Rôle physique et psychologique fort, le personnage de Claire Bennett est particulièrement intéressant à bien des égards, car cette femme se révèle à nous bien plus complexe qu’elle n’y paraît dans les premières minutes du film.
CAKE - image 1 du film Jennifer Aniston 2015 - Go with the Blog
Jennifer Aniston s’est battue pour obtenir ce rôle, pour lequel de nombreuses actrices ont été approchées à Hollywood. Sans fard, sans maquillage, défigurée par des cicatrices sur le visage, et avec une allure négligée, Jennifer Aniston fait voler en éclats son habituel glamour que l’on lui connaît sur les tapis rouges. Mais au-delà de ces détails physiques, elle a aussi beaucoup travaillé ses postures, sa manière de se mouvoir, nous faisant ainsi ressentir à chaque scène tout le poids de ce corps abîmé et douloureux.

Sa prestation est remarquable et exemplaire, et il n’y a absolument rien à lui reprocher ! Tour à tour renfermée sur elle-même et méprisante à l’égard des autres, puis par moments acceptant timidement de s’ouvrir au monde qui l’entoure (en particulier dans toutes les scènes avec Adriana Barraza qui joue le rôle de sa femme de ménage et confidente), le personnage interprété par Jennifer Aniston offre à l’actrice une large palette d’émotions, et elle réussit à nous surprendre.
CAKE - image 2 du film Jennifer Aniston 2015 - Go with the Blog

En revanche, CAKE ne parvient jamais vraiment à être le film dramatique et poignant qu’il se voudrait. Le réalisateur Daniel Barnz contourne régulièrement le vrai sujet de son long-métrage (que l’on ne révèle pas pour ne pas spoiler le récit du film), avec cette étrange impression qu’il se refuse à l’aborder frontalement.
Il nous faut attendre alors les 10-15 dernières minutes pour qu’enfin, le drame vécu par le personnage de Jennifer Aniston nous soit évoqué clairement : et cet effet de retardement ne confère pas vraiment de tension au récit, mais plutôt le sentiment qu’on est passé à côté du vrai sujet de cette histoire.

Le film s’égare donc dans des digressions un peu déstabilisantes pour le spectateur, comme cette escapade à Tijuana au Mexique menée sur le ton de la comédie, ou cette figure fantomatique récurrente incarnée par l’actrice Anna Kendrick, qui brouille un peu le récit principal. En effet, on finit par s’attacher à l’histoire de cette Nina (incarnée par Anna Kendrick donc), alors que CAKE est avant tout le portrait d’une femme brisée (Jennifer Aniston), qui tente de retrouver un sens à son existence.
CAKE - image 3 du film Jennifer Aniston 2015 - Go with the Blog
Nommée au titre de Meilleure Actrice dans plusieurs cérémonies de remises de prix aux États-Unis, Jennifer Aniston passera de près à côté d’une nomination aux Oscars. Mais finalement peu importe, elle a obtenu l’essentiel avec CAKE : un rôle intense et touchant, qu’elle a parfaitement su porter à bras-le-corps dans un film certes imparfait, mais qui aborde avec une certaine pudeur un sujet délicat et sensible.

CAKE, sortie en France le 08 avril 2015.


Article rédigé par Elle.
CAKE - image 5 du film Jennifer Aniston 2015 - Go with the Blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

5 commentaires

  1. C’est clairement pas le genre de film qu’elle a l’habitude de choisir.^_^ J’avais lu une critique un peu moins positif. Finalement j’irai bien le voir par curiosité.

    • Bonjour natieak,

      Jennifer Aniston surprend dans ce film, à la fois pour la portée dramatique de l’historie & de son personnage, mais aussi parce qu’elle s’y montre sans maquillage, pas jolie, marquée physiquement par le temps (rides, etc …), loin de son image ultra glamour sur les tapis rouges.

      Le film a clairement des défauts, et il peut décevoir, mais il y a tout de même des éléments intéressants, une historie touchante, et un sujet pas si souvent que cela abordé au cinéma.

      Bonne séance si tu vas voir le film alors 😉

  2. De la souffrance physique et morale au menu. Sans pathos mais avec un académisme d’Oscar (section scénar et interprétation) – oops raté- Aniston c’était aussi bien, sinon mieux dans le meilleur A good girl. Pas de « révélation »

    • Salut widescreen,

      On est d’accord, le film est relativement calibré pour les récompenses et les Oscars.
      Pas vu A GOOD GIRL, faudrait que je le regarde du coup, merci d’en parler 😉

      Le film a le mérite d’éviter trop de pathos, je te rejoins.
      Merci beaucoup pour ton avis !

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top