AVANT-PREMIÈRE : ADIEU BERTHE, réalisé par Bruno Podalydès

Armand apprend le décès de sa grand-mère qu’il avait quelque peu délaissée ces derniers temps. Il va alors devoir gérer l’organisation des obsèques, pas facile … Encore moins quand son couple bat de l’aile, qu’il ne supporte plus sa belle-mère qui lui impose le choix de la société de pompes funèbres, et qu’il doit en plus préparer un numéro de tour de magie pour l’anniversaire de la fille de sa maîtresse.
Et Berthe, désirait-elle être incinérée ou inhumée ?

ADIEU BERTHE s’attaque à un sujet délicat, celui de la mort d’une personne de la famille, et par extension celui de l’univers des pompes funèbres. Il n’est pas facile de faire rire sur ce thème, mais le film y arrive plutôt bien. Surtout, il ne tombe pas dans le vulgaire ni dans le trash. C’est un humour fin, loin d’être irrévérencieux et plutôt taquin qui met en évidence certaines situations cocasses.

 C’est sans doute pour cette raison que Bruno Podalydès s’est entouré d’acteurs de talent car les dialogues sont savoureux. Mention spéciale pour Valérie Lemercier, et mention très spéciale pour Pierre Ardity qui joue le père de Armand (Denis Podalydès) ; il ne fait certes que deux petites apparitions mais il est tout bonnement excellent !

Malheureusement, la partie comédie pourtant réussie ne dure qu’un temps et la seconde moitié du film s’attarde beaucoup trop sur une histoire parallèle. En effet Armand, le personnage principal, est un pharmacien quelconque, sauf qu’il entretient une relation extraconjugale avec une femme. Son couple est en lambeaux, mais aucun des deux protagonistes ne semblent vraiment vouloir l’accepter. Pour corser le tout, il est resté un grand enfant qui n’a pas vraiment su grandir, pour preuve sa grande passion pour la magie dont il conserve des accessoires dans un rangement de sa pharmacie, en lieu et place de médicaments.

C’est ce clin d’œil à l’enfance et à la magie qui est alors le prétexte à des scènes pleines de poésie et de douceur. Malheureusement, celles-ci ralentissent fortement le rythme, or pour une comédie c’est un élément indispensable. De ce fait, l’aspect humoristique du film perd de sa contenance et tend même à disparaître, on rit de moins de moins et on a l’impression désagréable de basculer dans un autre film où un homme est pris dans la tourmente maintes fois connue du mari qui hésite entre quitter sa femme ou partir avec sa maîtresse. Le souci majeur reste que le traitement de cette histoire est sur un ton beaucoup plus sérieux et nettement moins intéressant.

Le spectateur se retrouve frustré car la comédie sur laquelle était lancée ADIEU BERTHE ne dure qu’un temps pour passer à une histoire bien moins captivante. C’est donc avec un sentiment de déception qu’on termine la séance. Dommage.

ADIEU BERTHE, sortie en France le 20 juin 2012.

Image de prévisualisation YouTube

Article rédigé par Lui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *