Accueil / Cinéma / À PERDRE LA RAISON, réalisé par Joachim Lafosse

À PERDRE LA RAISON, réalisé par Joachim Lafosse

On est un peu obligé de commencer à évoquer À PERDRE LA RAISON en indiquant de suite que l’histoire est inspirée d’un fait divers. En Belgique en 2007, une mère de famille tue ses cinq enfants avant d’essayer de mettre fin à ses jours sans y parvenir.

À partir de cette tragédie aussi terrifiante qu’elle est difficile à comprendre, le réalisateur Joachim Lafosse construit son cinquième long-métrage avec un casting à la hauteur du projet : Emilie Dequenne, Tahar Rahim et Niels Arestrup.

Il est toujours délicat et en même temps ambitieux de partir d’un fait divers connu du grand public et qui, très souvent, dépasse l’entendement, pour en faire un film de cinéma. Les enjeux sont alors multiples : tenter de comprendre l’incompréhensible, redonner du sens à l’insensé, aller au-delà de l’émotion et de l’effroi de la réalité, apporter un point de vue, retrouver de l’humain dans une histoire trop souvent déshumanisée par sa couverture médiatique …

Dans À PERDRE LA RAISON, Joachim Lafosse évacue rapidement de nombreux détails narratifs pour se focaliser presque exclusivement sur son personnage féminin. Ainsi, on sait très peu de choses sur André, le médecin interprété par le toujours impeccable Niels Arestrup, qui héberge chez lui le couple formé par Emilie Dequenne et Tahar Rahim. Plus on avance dans l’histoire, moins l’on saisit ses intentions, sa position dans ce triangle relationnel surprenant, qui devient vite dérangeant.
Le personnage de Tahar Rahim nous est lui aussi très mystérieux : trop peu présent à l’écran, ses apparitions sporadiques nous empêchent de comprendre réellement son point de vue et surtout l’état de son couple.


Non, le réalisateur choisit de centrer entièrement son récit sur Murielle, incarnée par Emilie Dequenne. Omniprésente à l’écran, filmée la plupart du temps en plans rapprochés ou en gros plans, elle cristallise toute l’attention. C’est un parti-pris de mise en scène et de narration.
Pourtant, à force d’isoler à l’image cette jeune femme pour mieux nous faire ressentir son isolement (physique et psychologique), le réalisateur en oublie son environnement, ce qui entoure – et enferme progressivement – Murielle. Et malheureusement, le drame vécu par cette fille est indissociable des personnes qui vivent avec elle et autour d’elle (son mari, André le médecin, sa belle-famille, sa sœur …).

À PERDRE LA RAISON est un film qui refuse en permanence de juger ou de donner à juger ses personnages. Certes. Mais cette neutralité absolue fait malheureusement échouer le projet cinématographique : l’intérêt d’une fiction, c’est de dépasser le fait divers et le simple récit linéaire des évènements. Ici, le spectateur assiste à une succession de séquences qui racontent, étape par étape, naissance après naissance des enfants de Murielle et Mounir, la descente aux enfers de la jeune femme. Mais l’on reste pourtant en marge de cette histoire.

En dépit de l’interprétation très juste et à fleur de peau d’Emilie Dequenne, À PERDRE LA RAISON ne parvient pas vraiment à dépasser le fait divers, et par excès de prudence, reste trop loin de son ambition cinématographique.

À PERDRE LA RAISON, sortie en France le 22 août 2012.

Article rédigé par Elle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top