J.EDGAR, réalisé par Clint Eastwood

J.EDGAR est le 32ème film réalisé par Clint Eastwood. Il raconte la vie publique et la vie privée de John Edgar Hoover, une figure incontournable et controversée de l’histoire américaine du  XXème siècle.

En 1924, à seulement 29 ans, Hoover crée et dirige le Bureau d’Investigation de la justice américaine, le FBI. Il y restera jusqu’à sa mort en 1972, et côtoiera ainsi huit présidents successifs.

Outre cette longévité exceptionnelle, il marque l’histoire de la justice américaine d’une empreinte forte et encore présente aujourd’hui, en instaurant une méthodologie radicale dans les techniques d’investigation et d’enquête, à une période où les États-Unis connaissent une vague d’attentats anarchistes puis la montée du communiste un peu plus tard.

Malgré tous ses éléments prometteurs, le film déçoit et nourrit nombre de regrets. Il y a tout d’abord le parti pris retenu par le réalisateur, à savoir se consacrer principalement sur la vie privée de Hoover, et plus spécifiquement  la prétendue homosexualité avec son bras-droit (le poste, pas la partie du corps). Avec un tel choix, ne vous attendez pas à une vision historique ou politique des États-Unis, seule l’affaire Lindbergh est réellement traitée de manière plus approfondie.

Certes, pour ceux qui comme nous, ont une connaissance quasi nulle de la vie de J.Edgar Hoover avant d’aller voir ce long-métrage, cela ne sera pas totalement dénué d’enrichissements culturels. Mais de cette matière historique et de ce personnage trouble à la limite de la subversion, Clint Eastwood ne parvient pas vraiment à en exploiter tout le potentiel pour en magnifier son projet. Le film n’est ni vraiment excitant ni tout à fait ennuyant, il reste fade et d’un classicisme malheureusement peu enclin à nous faire ressentir toute la dimension de son sujet. Il y a peu de prises de risques dans la mise en scène, et la construction du récit par un système de flashbacks ultra basiques confère à l’ensemble un rythme bien mollasson et sans surprise.

L’autre faiblesse de J.EDGAR, c’est que l’on a affaire ici à ‘un film de gens qui parlent’ et c’est là un exercice particulièrement périlleux au cinéma !  Réussir à rendre captivantes des scènes où les personnages sont assis à dialoguer, c’est un vrai pari. C’est là où la réalisation très classique de Clint Eastwood atteint ses limites, et se montre inadaptée pour cette typologie de film.

On ressort de la projection sans regret mais sans émotion particulière, on n’a pas forcément regardé notre montre pendant les 2h15 qui se sont écoulées, mais on n’a pas non plus eu les yeux qui ont brillé.
(Une mention tout de même à Leonardo DiCaprio, qui n’en finit plus de nous rappeler l’extraordinaire aberration qu’il ne soit pas encore oscarisé ! …)


J.EDGAR
, sorti en France le 11 janvier 2012.

[youtube id= »gwBmQmE0cOU » width= »600″ height= »340″ position= »center »]

Article rédigé en commun par Elle & Lui.

2 réponses sur « J.EDGAR, réalisé par Clint Eastwood »

Répondre à Avis Critique - ET ( BEAUCOUP) PLUS SI AFFINITÉS Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.