LA PART DES ANGES, réalisé par Ken Loach

Adepte d’un cinéma dit social, Ken Loach est revenu à Cannes en 2012 avec LA PART DES ANGES, trois ans après LOOKING FOR ERIC et surtout six ans après sa Palme d’Or pour LE VENT SE LÈVE.

Le réalisateur britannique nous emmène cette fois-ci à Glasgow pour suivre le parcours de réhabilitation sociale d’un groupe de jeunes délinquants, tous condamnés pour des délits divers à des heures de travaux d’intérêt généraux. Parmi eux se trouve Robbie dont la petite amie est sur le point de donner naissance à leur premier enfant.  Le groupe est pris en charge par un éducateur, Henri, amateur de whisky, qui un jour leur fait visiter une distillerie. Robbie se prend alors de passion pour le whisky de luxe, les cuvées exceptionnelles, et développe un certain talent de dégustateur.

Le film se divise clairement en deux parties : on découvre dans un premier temps les individualités des jeunes délinquants qui débutent leurs heures de travaux d’intérêt généraux. Puis en seconde partie Robbie le personnage central, se prenant de passion de façon très consciencieuse pour la dégustation du whisky, s’entoure alors de trois acolytes Rhino, Albert et la jeune Mo, pour monter ensemble une arnaque que l’on ne vous révèle pas, pour ne pas spoiler.

Le charme de ce long-métrage vient essentiellement de cette double approche des personnages. Refusant un récit trop linéaire, Ken Loach nous fait croire d’abord à une simple chronique sociale, pour ensuite nous embarquer dans un semi road movie verdoyant à travers les Highlands d’Ecosse. Riche idée cinématographique, offrant ainsi à LA PART DES ANGES un vrai côté feel-good movie (comme le veut l’expression), en jouant notamment sur le côté pieds nickelés des jeunes gens que l’on suit, ainsi que sur leur désinvolture et l’innocence qui resurgit parfois d’eux, nous rappelant au passage qu’ils restent de jeunes adultes encore bien naïfs et maladroits.

La réussite du projet se trouve principalement dans cette bienveillance que le réalisateur porte à ses personnages. Il refuse de les juger ou de nous donner à les juger, mais il nous propose de les appréhender dans toutes leurs contradictions, leur bêtise parfois, leur complexité surtout.

Servi par un scénario malin et tout en finesse, un casting truculent de comédiens avec de vraies gueules, une direction d’acteurs de la part de Ken Loach qui n’est bien sûr plus à prouver, et une vraie bonne dose d’humanité, LA PART DES ANGES nous ravit et nous laisse avec ce sentiment que l’être humain est résolument un sujet que l’on ne cerne jamais tout à fait. Le cinéma n’a pas fini en tout cas de le rendre passionnant, surtout quand il est fait avec cette intelligence et cette qualité.

LA PART DES ANGES, sortie en France le 27 juin 2012.

Image de prévisualisation YouTube

Article rédigé par Elle.

3 commentaires

  1. Tea Bow dit :

    Excellente critique . Rien à ajouter de plus

  2. Elle dit :

    Je vous remercie beaucoup ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *