Accueil / Cinéma / KILL YOUR FRIENDS : sex, drugs and Britpop !

KILL YOUR FRIENDS : sex, drugs and Britpop !

KILL YOUR FRIENDS - AFFICHE du film Nicholas Hoult Chrysalis Films - Go with the BlogEntre comédie et thriller, KILL YOUR FRIENDS est une immersion dans les années 1990 au cœur de Londres, au moment où la Britpop déferle sur les ondes et dans les charts !
Steven Stelfox est un jeune producteur de musique et un chasseur de talents. Prêt à tout pour décrocher un hit-single, il n’épargnera personne dans sa fulgurante ascension, même pas lui-même.

À la base de ce film KILL YOUR FRIENDS, il y a le roman éponyme du britannique John Niven, publié en 2008, dans lequel il dépeint un univers cynique et sans pitié, celui du monde de la musique, dans lequel il a évolué pendant une dizaine d’années en tant que producteur pour le label indépendant London Record, dans les années 1990.
Alors que la Britpop envahit le monde et que les groupes britanniques sont légions en tête des charts, les producteurs des maisons de disques se battent comme des affamés pour signer toujours plus de succès musicaux, synonymes de machine à fric, et être les premiers sur le prochain groupe à la mode à ne pas rater !

Premier long-métrage du réalisateur Owen Harris qui a œuvré jusqu’à présent dans l’univers des séries télévisées (de MISFITS à BLACK MIRROR notamment), KILL YOUR FRIENDS nous montre l’envers du décor de l’industrie musicale des années 90, où tous les coups sont permis pour gravir les marches qui mènent au succès, à la réussite, et à l’argent.
Lancée sur un rythme débridé, cette comédie glaçante livre un portrait au vitriol d’un univers impitoyable où tout est bon pour écraser la concurrence, quitte à se brûler soi-même les ailes.
KILL YOUR FRIENDS - Image du film 2 Nicholas Hoult Chrysalis Films - Go with the Blog
Si le film a certes quelques défauts, KILL YOUR FRIENDS se révèle tout de même particulièrement jubilatoire ! Tout à tour drôle, cynique, cinglant, et même violent, ce récit ne ménage rien ni personne, se permet toutes les irrévérences, et entraîne le spectateur dans une fiévreuse descente aux enfers, celle du personnage principal du film, le jeune producteur Steven Stelfox.

Interprété par l’acteur britannique Nicholas Hoult qui a le vent en poupe en ce moment (vu récemment en war boy cancéreux et suicidaire dans MAD MAD : FURY ROAD, et aussi DARK PLACES, ou encore dans X-MEN : DAYS OF FUTURE PAST), le personnage de Steve Stelfox s’adresse régulièrement directement au spectateur en l’interpellant face caméra, et en commentant ce qui lui arrive. Parfois à la limite du reportage à la première personne, KILL YOUR FRIENDS use de ce procédé pour mieux embarquer le spectateur dans sa virée déglingo et dépravée, et aussi le mettre lui-même mal à l’aise.

KILL YOUR FRIENDS - Image du film 3 Nicholas Hoult Chrysalis Films - Go with the Blog
Dans ce rôle génialement détestable, Nicholas Hoult excelle, se lâche totalement, et livre une performance remarquable, délicieusement dingue jusqu’à en devenir réellement flippante ! Vous risquez de vous souvenir pendant un bon moment de cette scène mémorable vers la fin de l’histoire, rythmée par le « Karma Police » de Radiohead … On ne vous en dit pas davantage, mais cette scène mérite à elle seule de voir le film !

KILL YOUR FRIENDS bénéficie évidemment d’une bande originale canon où se croisent entre autres Blur, Oasis, Radiohead, The Chemical Brothers ou encore Prodigy. Un régal pour les fans de pop, de rock, de musique en général, d’autant que hormis les morceaux de ces différents groupes, le reste de la bande originale du film est signée par Junkie XL, déjà auteur en 2015 de la musique de MAD MAD : FURY ROAD.
KILL YOUR FRIENDS - Image du film 4 Nicholas Hoult Chrysalis Films - Go with the Blog
Quelque part entre AMERICAN PSYCHO, TRAINSPOTTING ou encore LE LOUP DE WALL STREET pour son cynisme sans limites, KILL YOUR FRIENDS écorne avec acidité l’image des maisons de disques et de l’industrie musicale en général, à l’époque insouciante de sa pleine gloire économique dans les années 90, quand les producteurs signaient à tour de bras des groupes sans se soucier vraiment de l’argent investi, persuadés qu’un échec commercial serait toujours facile à rattraper si besoin …

Sex, drugs and Britpop, KILL YOUR FRIENDS bat le pavé londonien sur un rythme effréné, porté par un Nicholas Hoult survolté et exceptionnel, dans un de ses meilleurs rôles !

Retrouvez notre article sur la venue à Paris de l’acteur Nicholas Hoult : ICI.

Et on vous propose d’écouter la bande originale de KILL YOUR FRIENDS ci-dessous !

KILL YOUR FRIENDS, sortie en France le 02 décembre 2015.

Article rédigé par Elle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

8 commentaires

  1. Sentiments mitigés à la sortie de la séance. D’une part on a la performance de Hoult et les bonnes idées de la réalisation comme prendre le spectateur comme témoin/confidentielles en brisant le 4eme mur et de l’autre, on a un enchainement de violence/abus sans garde fous pour l’ado qui pourrait tomber dessus et qui pourrait retenir que la drogue et la violence résolvent tous les problèmes.
    Il y a pas mal de bonnes idées, le film fait souvent sourire et Hoult qui avait déjà été surprenant dans Fury Road se place maintenant comme un acteur qui peut faire un one man show sur un film, une belle performance!
    La BA est bien choisie, le film est assez rythmé et le fil conducteur intéressant pour que notre attention soit bien accaparée.
    Un film écrit et réalisé sans doute sous substances pour nous en mettre plein les yeux et ça a été plutôt payant.
    Si je devais donner une note, ce que je ferais sur vodkaster, ça serait un 3,5/5 une bonne note obtenue grâce à Hoult. Si je devais me baser que sur le scénario/réalisation ça aurait été du 2,5-3/5.

    • Salut Daniel,

      D’abord merci pour cet avis très complet sur le film !
      On est globalement d’accord avec tout ce que tu dis.
      Pour tes petites réticences sur le scénario, faut bien voir le film comme une comédie noire avant tout, d’où le fait que le film s’autorise des passages un peu barrés. Et pour ce que tu dis sur les jeunes spectateurs, tu as en effet raison, à ceci près que KILL YOUR FRIENDS n’est sans doute pas un film pour les kids ….
      Comme on le disait dans notre article, KILL YOUR FRIENDS a clairement un côté TRAINSPOTTING (même si le sujet principal est totalement différent), dans cette approche second degré assez déconcertante sur certains thèmes a priori graves (le meurtre, le mensonge, l’excès de drogues, etc …).

      En tout cas une chose est sûre, et tu l’as parfaitement souligné, Nicholas Hoult est brillant dans ce film ! Et comme tu le dis très bien, après sa performance épatante et inattendue dans MAD MAX : FURY ROAD, on lui découvre ici encore une nouvelle facette ! Et c’est évident qu’il a prouvé qu’il pouvait porter un film seul, on a dorénavant super envie de suivre ses prochains projets !

      À bientôt sur Go with the Blog !

      • Cet acteur qui sert de faire valoir en général à su démontrer ici qu’il pouvait jouer avec talent un personnage sans merci, cynique et drôle. En souhaitant qu’il transforme son essai lors de son prochain grand film 🙂

        Je ne sais pas si vous avez eu un retour sur les flocons mis sur le site mais sur tablette Android, c’est une horreur, on dirait un surf en 56k 😛

        • Bonjour Daniel Drd,

          Ah non, tu es le premier à nous signaler le problème avec les flocons de neige sur le Blog …
          Merci de nous le dire en tout cas, on va vérifier tout ça et sonder nos autres visiteurs, pour voir si d’autres ont le même souci. Merci !

  2. J’ai bien lu et la critique et les deux commentaires 🙂 je comprend tous, j’ai envie de voir le film maintenant pour voir juste la performance de l’acteur

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top