Accueil / Cinéma / JERSEY BOYS : le bon temps des sixties selon Clint Eastwood

JERSEY BOYS : le bon temps des sixties selon Clint Eastwood

Jersey Boys - go with the blog - affiche du filmOn connait les quatre garçons dans le vent, mais un peu moins les quatre garçons du New Jersey. Pourtant, les fameux JERSEY BOYS ont formé dans les années soixante le groupe mythique The Four Seasons, et ils ont interprétés de nombreuses chansons, bien souvent rendues très connues par des reprises plus modernes quelques années plus tard. Mais à l’époque, ces garçons issus de la communauté italiano-américaine ont aussi squatté la première place des charts aux États-Unis.
À travers ce biopic musical, c’est aussi sûrement un hommage à une époque singulière qu’a voulu réaliser Clint Eastwood. On y découvre la genèse du groupe, leur rencontre, et leur carrière semée de rebondissements entre ces quatre garçons venus de quartiers modestes du New Jersey. Imprégnés de leurs origines italiennes, ils sont poussés par leur irrésistible envie de s’en sortir, même si ça doit parfois passer par des moyens pas toujours légaux.
Enfilez vos costumes à paillettes et aux revers satinés, gominez vos cheveux à outrance, et c’est parti pour un voyage dans les sixties !

Ôtons tout de suite le doute : JERSEY BOYS n’est pas une comédie musicale, même si bien entendu les séquences musicales sont nombreuses et la musique très présente. JERSEY BOYS est un biopic classique, avec cependant une petite spécificité : les protagonistes s’adressent par moments directement au spectateur, brisant ainsi ponctuellement le déroulé classique de la fiction, et impliquant le spectateur directement dans le récit.
Le procédé peut apparaître un peu déroutant au début, mais rapidement cela s’avère utile pour la réalisation et guider le spectateur lors d’ellipses ou de flashbacks.

Adaptation cinématographique de la comédie musicale du même nom créée en 2005, énorme triomphe à Broadway et dans le monde, JERSEY BOYS réussit superbement la plongée dans les années soixante : costumes, décors et atmosphère colorée y sont très bien reconstitués, et avec les tubes musicaux en prime, on plonge ou replonge dans cette époque ! Néanmoins, le film ne tombe pas dans une nostalgie agaçante ni dans aucun jugement sur une décennie par rapport à une autre.

jersey boys - gowith the blog - images

La bonne surprise de cette nouvelle réalisation de Clint Eastwood provient du casting, principalement constitué de jeunes acteurs très peu connus du grand public pour les rôles principaux, et pourtant très convaincants. De John Lloyd Young à Vincent Piazza, ces comédiens viennent pour la plupart du théâtre et des scènes de Broadway.
On se surprend alors à apprécier les personnages et à s’intéresser véritablement à eux, un élément essentiel dans un biopic. Les rôles secondaires quant à eux rassemblent quelques têtes que l’on voit souvent dans des séries télévisées, et on se doit aussi de mentionner la participation de l’éternel Christopher Walken, toujours impeccable même si quelque peu englué dans un sempiternel rôle de parrain de la mafia.

En revanche, on peut toutefois regretter que le film soit assez long (2h14), même si c’est surtout dans son démarrage que le récit tarde un peu à se mettre en place. Mais une fois que la carrière des Four Seasons est lancée et que les garçons sont sous les feux de la rampe du showbiz, le film devient très intéressant, et on se laisse embarquer dans les lumières des sixties !

jersey boys - images - go with the blog

Au final, JERSEY BOYS est plutôt réussi, certes très classique dans sa mise en scène et sans grandes prises de risques. Mais le casting composé de vraies gueules et de voix atypiques nous séduit complètement, et toutes ces chansons cultes finissent de nous entraîner dans cette épopée très américaine.

JERSEY BOYS, sortie en France le 18 juin 2014.

Article rédigé par Lui.

JERSEY BOYS - bandeau film - Go with the Blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

8 commentaires

  1. Vu aujourd’hui. Un très bon film, j’ai beaucoup apprécié le fait que les protagonistes s’adressent à nous par moment, j’ai trouvé que cela rendait le film plus vivant. Je regrette juste que les soucis personnels du groupe soient un peu trop mises en avant par moment. Mais la longueur ne m’a pas vraiment gênée

    • Bonjour Eleane,

      Les passages où les protagonistes nous parlent donnent un peu de pep’s au film, en effet. Une bonne trouvaille.

      Tant mieux si tu ne t’es pas ennuyée.

  2. Bon je l’ai vu, l’histoire est bien , découvrir les chansons de l’époque c’est très bien ,mais film un peu plat et long.
    Très cliché sur les italiens , faut voir si les vrais membre du groupe étaient vraiment comme ça .

    • Bonjour Xiaofeng,

      Je peux comprendre qu’on puisse trouver un peu le temps long, la faute à une réalisation classique, peut-être un peu trop.
      Néanmoins, les chansons donnent du pep’s à l’histoire ! 🙂

      Merci pour ton commentaire.

  3. Un petit clin d’œil puisque nous sommes allé voir cette comédie musicale l’été dernier à Broadway…

    Au vu de la critique nous nous laisserons tenter également par le film. Merci au rédacteur !

    • Bonjour JJ,

      Vous pourrez faire une comparaison intéressante alors! Même si le film n’est pas une comédie musicale, néanmoins vous aurez le plaisir de retrouver certains comédiens du Music Hall dont John Lloyd Young dans le rôle phare de Frankie Valli !

      Merci pour ton commentaire 😉

  4. Dés les premières images, un personnage qui s’adresse au spectateur et la photographie (une fois de plus splendide de son DP) aux tons « passéistes » une sensation d’artifice se met en place et qui resteras longtemps empêchant une adhésion à l’environnement plus quotidien du destin à son (ses) protagoniste(s). Puis le scénario aggrave son cas par une absence de réelle tension dramatique. S’ajoute un manque cruel de charisme des 2 acteurs principaux. Cette histoire d’un groupe pas révolutionnaire ni particulièrement emballant semble réalisé un peu à l’économie au point de voir dans de nombreuses scénes la rapidité légendaire d’Eastwood de plier ses réalisations, même si celle ci reste plutôt élégante. Bref, un très petit Eastwood.

    • Merci kub57 pour ton commentaire.

      On te trouve un peu sévère mais il est vrai que ce n’est pas un grand film, juste un petite histoire sympathique qui se regarde puis s’oublie, c’est vrai.

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top