GOAL OF THE DEAD : les zombies au stade !

goal of the deadAu football, on connaissait la mort subite en prolongations, maintenant nous avons GOAL OF THE DEAD !
Mélanger le foot et les zombies (oui, oui, pour de vrai !), cela ne peut donner qu’un cocktail explosif, et on se demande bien pourquoi personne n’avait eu cette idée auparavant. Et comme un match se déroule en deux mi-temps, GOAL OF THE DEAD se divise alors logiquement en deux films d’une heure environ, avec pour chacun un réalisateur différent. La première mi-temps est coachée par Benjamin Rocher, et la seconde par Thierry Poiraud.
Ces deux hommes mettent en scène le match le plus important de l’histoire du football : L’Olympique de Paris contre Capelongue. C’est aussi le retour de Sam Lorit, ancien joueur de Capelongue, et surtout l’heure de la revanche pour Jeannot Belvaux, le vieil ami de Sam : il est prêt à tout pour se venger, y compris à utiliser des seringues au contenu inconnu …

GOAL OF THE DEAD nous offre pour une fois au cinéma un vrai concept original, assez barré, et en même temps totalement jubilatoire : mettre en scène un film de zombies dans l’univers du foot, en se calquant sur la structure d’un match, à savoir en deux parties avec deux réalisateurs. De l’aveu de Benjamin Rocher (co-réalisateur de LA HORDE sorti en 2009) qui a dirigé la première mi-temps, sa partie s’apparente davantage à un film catastrophe, tandis que la seconde mi-temps lorgne vers un véritable film de zombies.

Une chose est sûre, ce concept étonnant fonctionne, et les deux films bénéficient d’une complémentarité intelligente ! En effet, on voit bien que les styles des deux metteurs en scène sont différents (sans être non plus totalement opposés), mais la trame scénaristique est parfaitement respectée. On prend ainsi un vrai plaisir à suivre dans la continuité ce diptyque de GOAL OF THE DEAD, alors qu’on aurait pu craindre un projet égoïste de la part des réalisateurs, et hermétique pour le spectateur. Mais il n’en est rien !

goal of the dead

Côté casting, si l’on n’aligne pas forcément les grands noms, tout le monde se montre franchement convaincant, notamment Alban Lenoir dans le rôle principal de Sam Lorit. On note également l’excellente prestation de Bruno Salomone, et la participation remarquée de Philippe Rebbot (qu’on avait adoré en 2013 dans MARIAGE À MENDOZA). Tous sont drôles, ou dévorés … et parfois les deux.

L’histoire est certes assez classique, une invasion de zombies qui pousse les personnages principaux à se retrancher et à lutter pour survivre. Sauf qu’embarquer tout ce beau petit monde dans un patelin paumé, le tout en plein cœur d’un match de foot, donne tout de suite un relief inédit et plutôt délirant au récit, permettant aussi toutes les audaces !

goal of the dead

Au-delà d’un concept génialement dingue, GOAL OF THE DEAD s’assume surtout pleinement, et pousse son postulat de départ jusqu’au bout, sans jamais avoir peur de quoi que ce soit. On a là des réalisateurs français passionnés, qui s’amusent avec le champ des possibles du cinéma d’horreur. Projet original et foutraque à a fois, mais particulièrement jubilatoire, GOAL OF THE DEAD nous confirme surtout que le cinéma français sait aussi faire du cinéma de genre décomplexé.

GOAL OF THE DEAD, sortie en France le 27 février 2014.

[youtube]http://youtu.be/Y1q4OwlwpyI[/youtube]

Page Facebook officielle de GOAL OF THE DEAD.

Article rédigé par Lui.

goal of the dead

3 réponses sur « GOAL OF THE DEAD : les zombies au stade ! »

Bonjour,

Tu as participé au film GOAL OF THE DEAD ?!! Hé, tu m’étonnes que cela devait être une expérience géniale ! 🙂
Merci d’être venu laisser un petit message ici, et si tu veux nous raconter ton expérience de figuration en quelques lignes, on en serait super ravi ! 😉

À très bientôt !

Répondre à bordier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.