Accueil / Cinéma / POSSÉDÉE : le danger vient de l’intérieur

POSSÉDÉE : le danger vient de l’intérieur

Clyde est un père de famille captivé par son boulot d’entraîneur de basket à l’université, aux dépens de son couple et de ses deux enfants. En pleine séparation, il s’éloigne encore plus de sa famille et ne voit ses enfants que le week-end.
Á l’occasion de la décoration de sa nouvelle maison et pour faire plaisir à sa fille cadette Em, il décide d’acheter un coffret en bois d’apparence normale, lors d’un vide grenier. Em semble intriguée par son cadeau et passe beaucoup de temps à le contempler. Ses parents, trop occupés à gérer leur nouvelle vie, n’y prêtent guère attention ; pourtant peu à peu leur fille se comporte de façon de plus en plus étrange. En plus de cela, des évènements extérieurs viennent perturber leur quotidien.

POSSÉDÉE réalisé par Ole Bornedal, un habitué du genre, part sur un postulat assez classique, qui est une référence à demi avouée à L’EXORCISTE : une enfant  se retrouve possédée par un esprit, et peu à peu change de comportement jusqu’à devenir très inquiétante et dangereuse. En somme, rien de bien nouveau sous le soleil du cinéma d’horreur d’inspiration mystique. Toutefois, POSSÉDÉE est pourvue de certaines qualités intéressantes à relever.

Tout d’abord, les acteurs sont tous convaincants, Jeffrey Dean Morgan en père de famille dépassé est tout à fait crédible, et la petite fille, le rôle clé pour créer une ambiance et un climat d’inquiétude, s’en sort très bien. Natasha Calis parvient, notamment grâce à son regard et très peu d’effets spéciaux, à paraître absente et différente.

Un point original du projet, c’est la référence aux rites juifs et à leur mythologie pour comprendre et lutter contre l’esprit maléfique (Dybbuk en hébreux). Cela n’est finalement  pas si fréquent, le public étant plutôt habitué à baigner dans la tradition chrétienne lorsqu’un film d’horreur exploite le thème de l’exorcisme. Cette petite singularité est appréciable surtout sur la forme, ne changeant pas grand chose sur le fond. Elle permet d’ailleurs de voir Matisyahu, célèbre rappeur hassidique, endosser le rôle de l’exorciste.

Possedee FIlm

Les effets spéciaux, bien que peu utilisés au final, sont également de qualité et ne décrédibilisent pas ce long-métrage. Quant à la réalisation, elle est somme toute assez classique et ne prend pas de réel risque, tout en étant tout de même très maîtrisée.

C’est sans doute ce classicisme général qui est le principal bémol de POSSÉDÉE. Les amateurs du genre vont rapidement se trouver en terrain conquis, avec au final peu de surprises ou de nouveautés. Quant aux autres, POSSÉDÉE est l’occasion de découvrir un cinéma de genre toujours passionnant, un premier pas qui pourrait inciter à découvrir quelques autres films plus mythiques.

Sans réel défaut, POSSÉDÉE se révèle être un film d’horreur de bonne facture, bien qu’un petit peu trop classique. Sans grands effets de surprise et donc d’inquiétude pour les adeptes du genre, ce long-métrage reste efficace et divertissant pour les moins fidèles.

POSSÉDÉE, sortie en France le 26 décembre 2012.

Article rédigé par Lui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top