Accueil / Cinéma / L’OUTSIDER : la machine Kerviel infernale

L’OUTSIDER : la machine Kerviel infernale

L'OUTSIDER film - Affiche film Christophe Barratier Jérôme Kerviel 2016 - Go with the BlogLibrement inspiré du livre écrit par Jérôme Kerviel « L’Engrenage : Mémoires d’un trader », et publié en 2010, L’OUTSIDER réalisé par le français Christophe Barratier raconte ce qui a précédé la fameuse ‘Affaire Kerviel’. Autrement dit, l’ascension en sept ans à peine de Jérôme Kerviel au sein de La Société Générale, lui qui est entré dans l’entreprise par la petite porte, sans forcément aspirer au départ à devenir trader.

Tout commence en 2000, quand le jeune breton Jérôme Kerviel intègre les bureaux de La Société Générale à La Défense à Paris, à un poste au ‘middle office’, en liaison avec la salle des marchés. Ses compétences et sa passion vorace pour les chiffres lui permettent de se faire remarquer, et de devenir d’abord assistant aux côtés du trader Keller (interprété dans le film par François-Xavier Demaison). À partir de là, la machine Kerviel infernale commence à s’emballer …

Il était assez risqué de porter l’Affaire Kerviel si tôt au cinéma, d’autant que les suites judiciaires sont toujours en cours. Le réalisateur Christophe Barratier dit s’être intéressé à cette histoire il y a déjà quelques années, mais surtout il a pris le temps de se documenter très largement sur le milieu de la finance qu’il ne connaissait absolument pas.
Mais au-delà de cet univers opaque et impitoyable, ce qui l’a très vite passionné, c’était la dimension thriller qui existait dans cette histoire, et qui était intéressante à exploiter au cinéma.
L'OUTSIDER film - Image 1 du film Christophe Barratier Jérôme Kerviel 2016 - Go with the Blog
Car L’OUTSIDER est vraiment conduit comme un thriller, et c’est la grande force du film. Non seulement on découvre le parcours du personnage de Jérôme Kerviel avant sa chute vertigineuse, mais surtout on est dévoré, en tant que spectateur, par la fièvre quasi permanente qui fait vivre et bouillonner cette salle des marchés de La Société Générale.

Le film se dévoile comme une sorte de huis clos dans cette salle où les traders jouent quotidiennement avec des sommes importantes, au milieu d’une ambiance toute à la fois survoltée, enivrante et terriblement crispante. Le réalisateur filme d’ailleurs ce lieu quasiment comme une salle de casino, pour nous en faire ressentir la frénésie, la tension, la folie.
L'OUTSIDER film - Image 5 du film Christophe Barratier Jérôme Kerviel 2016 - Go with the Blog

L’OUTSIDER fonctionne ainsi à merveille et nous tient en haleine de bout en bout, sans jamais nous lâcher une seule seconde, comme le personnage de Jérôme Kerviel semble lui-même de ne plus pouvoir se détacher des chiffres et des cours de la Bourse. Et nous avons beau connaître la fin de cette tragédie moderne, nous suivons le déroulé de cette inexorable chute en avant avec toute la folie des grandeurs qui la caractérise.

Sans être ni un portrait complaisant ni une vision démoniaque de Jérôme Kerviel, le film réussit à dépeindre assez intelligemment la complexité d’un individu pris dans un jeu plus grand que lui, et qui perd pied chaque jour un peu plus, tout en ayant malgré tout conscience (au moins en partie) de la déraison de son comportement. Le personnage paraît tantôt être un enfoiré sans âme, tantôt un gamin perdu dans un costume trop grand pour lui.

Parfaitement crédible dans ce qu’il montre du milieu de la finance, L’OUTSIDER réussit également à rendre intelligible pour le commun des mortels les activités de trading du personnage Kerviel et de ses collègues, permettant ainsi de ne jamais égarer le spectateur.

Si par moments, le long-métrage de Christophe Barratier emprunte quelques exubérances au LOUP DE WALL STREET sorti en 2013 (les scènes de boîtes de nuit notamment), il lorgne davantage du côté de MARGIN CALL pour son aspect huis clos évoqué précédemment, et son recentrage avant tout sur la mécanique financière du trading.

Enfin, L’OUTSIDER est porté par un casting absolument exemplaire, du premier rôle tenu par Arthur Dupont à tous les seconds rôles ! François-Xavier Demaison se montre vraiment fantastique, et pourrait aller chercher une nomination aux César en tant que meilleur second rôle avec ce personnage de Keller auquel il apporte beaucoup de nuances et de subtilité.
On peut également mentionner Mhamed Arezki, Ambroise Michel, et le jeune Stéphane Bak, qui réussissent tous à donner une identité propre à leurs différents personnages de traders, contribuant ainsi à la crédibilité et à l’intensité dramatique de ce récit.
L'ESPRIT D'ÉQUIPE

Une histoire tragique des temps modernes, vision d’un monde déraisonné où certains hommes en arrivent presque à se réjouir d’un attentat terroriste car il devrait leur permettre au bout du compte, de réaliser une journée exceptionnelle de gains sur les places financières …

L’OUTSIDER, sortie en France le 22 juin 2016.

Article rédigé par Elle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top