Accueil / Cinéma / ARRÊTEZ-MOI LÀ : la spirale judiciaire infernale

ARRÊTEZ-MOI LÀ : la spirale judiciaire infernale

ARRÊTEZ-MOI LÀ - Go with the Blog

Réalisé par Gilles Bannier, ARRÊTEZ-MOI LÀ est un film dramatique, adaptation du roman «The Cab Driver» (publié en français sous le titre « Arrêtez-moi là ») écrit par le romancier Ian Levison, et inspiré d’un fait divers qui s’est déroulé aux États-Unis durant l’année 2002.
Il s’agit du premier long-métrage du français Gilles Bannier, qui n’avait jusqu’à présent réalisé que des séries télévisées, tout en étant également assistant réalisateur sur différents longs et courts-métrages.

ARRÊTEZ-MOI LÀ raconte la terrible erreur judiciaire subie par Samson Cazalet (interprété par Reda Kateb), un chauffeur de taxi sans histoires, et qui se retrouve bien malgré lui au cœur d’une affaire judiciaire qui va bouleverser sa vie à jamais ! Suite à sa rencontre avec une cliente qui le mène jusqu’à la ville de Grasse, une série de coïncidences, malentendus, et d’erreurs humaines vont mener Samson Cazalet tout droit vers les tribunaux, jusqu’à son inculpation.

Le spectateur suit le personnage de Samson Cazalet tout le long de son procès. Nous découvrons en même temps que lui les soupçons qui pèsent sur lui, les preuves, les coïncidences, et la force du destin qui s’abat sur lui.
Nous assistons impuissants au procès de cet homme, ce qui est assez frustrant car le sort s’acharne : tous les indices trouvés le désignent coupable alors qu’il est innocent, et nous voulons le défendre contre cette injustice, les Forces de l’Ordre et les membres de la juridiction qui le pointent du doigt dès le départ. De même, la gentillesse et la bonne foi du personnage de Samson le rendent très attachant et donne l’envie irrémédiable de le protéger.

Si de nombreux films, séries TV, ou encore documentaires ont déjà repris des erreurs judiciaires de ce type, le film ARRÊTEZ-MOI LÀ ne se contente pas de mettre en scène le procès, du début de l’affaire à la prononciation de la sentence. Le spectateur assiste également à l’après-procès. Car il ne faut pas oublier que la vie ne s’arrête pas à un verdict rendu.
Que ce soit pour l’accusé ou les victimes, on ressort rarement indemne d’un procès aussi lourd que les affaires d’enlèvement ou de meurtre. Les différentes parties du procès permettent d’entamer en quelque sorte un processus de reconstruction des vies de chacun, des vies qui s’en  trouvent chamboulées (proches qui s’éloignent, la perte d’êtres chers et la perte de repères aussi, …). Un chemin de croix pour le faux coupable pour retrouver sa dignité perdue lors des accusations et du procès, tandis que la victime tente de reprendre confiance, de ne plus avoir peur, et de se reconstruire.

ARRÊTEZ-MOI LÀ tire son épingle du jeu non seulement pour tout cela, mais aussi pour la mise en lumière de la ‘faiblesse’ de certains gendarmes, voire éventuellement de membres du personnel judiciaire .
En effet, il peut arriver que des gendarmes, pressés par les médias et les familles de victimes, et donc sous pression, cherchent au plus vite à trouver les coupables pour régler rapidement les affaires judiciaires. Mais malheureusement, si en général le coupable désigné s’avère être le bon, il peut arriver (et c’est le cas bien trop souvent) que les gendarmes ne cherchent pas plus loin que l’évidence, et désignent un coupable idéal … mais faux.

Et c’est ainsi que des innocents se retrouvent derrière les barreaux, et des voleurs, violeurs, meurtriers toujours en liberté. De même que des avocats et magistrats peu scrupuleux et plein de préjugés, exercent parfois mal leur travail, jusqu’à prendre le risque d’envoyer des innocents en prison.

C’est Reda Kateb (HIPPOCRATE, LOST RIVER où il jouait déjà … un chauffeur de taxi !) qui a été choisi pour incarner le personnage de Samson Cazalet. L’acteur, qui avoue aimer jouer les rôles «de silence»,  où le langage passe à travers le regard et non la parole, était parfait pour jouer le rôle de Samson (que l’on prononce ‘Sans son’), justement car c’est un personnage tout en retenu, qui n’exprime pas beaucoup ses sentiments, mais qui observe.

Et c’est Léa Drucker (AU NOM DU FILS, LES MEILLEURS AMIS DU MONDE) qui tient le rôle de Louise Lablache, la cliente que Samson dépose à Grasse, et par qui toute l’histoire tragique se déclenche, sans le savoir. Nous retrouvons également l’acteur Gilles Cohen qui joue Maître Portal, l’avocat de Samson, servant un très mauvais plaidoyer, et qui fait rire malgré lui de par ses répliques et une certaine nonchalance dans son travail.

ARRÊTEZ-MOI LÀ est donc un film sur les dessous d’une affaire judiciaire injuste qui donne envie de changer de vie et de devenir avocat, pour sauver des innocents injustement condamnés par des hommes abusés par l’argent et le pouvoir.

 

Page Facebook Officielle du film ARRÊTEZ-MOI LÀ.

ARRÊTEZ-MOI LÀ, sortie en France le 06 janvier 2016.

Article rédigé par Julie

ARRÊTEZ-MOI LÀ - VIsuel Large Plein 2 Reda Kateb 2016 EuropaCorp - Go with the Blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top