Accueil / Cinéma / PYRAMIDE : la mauvaise descent(e)

PYRAMIDE : la mauvaise descent(e)

PYRAMIDE - Affiche du film Levasseur - Go with the BlogAprès avoir produit son ami Franck Khalfoun en 2012 pour l’excellent remake de MANIAC, le français Alexandre Aja s’associe une nouvelle fois avec un de ses fidèles collaborateurs, Grégory Levasseur, qui réalise ici son premier long-métrage avec PYRAMIDE.
Auparavant, Grégory Levasseur a toujours travaillé en étroite collaboration avec Alexandre Aja, en co-écrivant les scénarios de quasiment tous ses films, de HAUTE TENSION à PIRANHA 3D en passant par le remake de LA COLLINE A DES YEUX.

À quelques centaines de kilomètres du Caire, alors que la capitale égyptienne est en proie aux émeutes révolutionnaires du Printemps Arabe, un groupe d’archéologues américains travaillent sur la découverte dans le désert d’une Pyramide totalement inconnue, et qui a la particularité de n’avoir que trois faces.
Après avoir trouvé un chemin d’accès pour descendre dans les dédales de la Pyramide, les archéologues décident d’y envoyer un robot dernier cri, prêté par la NASA, en éclaireur. Mais ils perdent le contact vidéo avec le petit robot.
Ne pouvant se résoudre à abandonner à l’intérieur de la Pyramide ce robot qui vaut une fortune, un groupe de cinq archéologues, dont les responsables des fouilles, décident d’y pénétrer eux-mêmes.

Alors évidemment, sur le papier, on part plutôt confiant avec ce long-métrage : retrouvant le duo français gagnant Grégory LevasseurAlexandre Aja aux commandes, on se dit que PYRAMIDE peut nous offrir un vrai moment de cinéma d’horreur comme ces deux-là savent si bien nous en concocter.

Sauf qu’on ne va pas y passer par quatre chemins, mais PYRAMIDE est une terrible déception sur toute la ligne ! Même avec la meilleure volonté du monde, on n’a vraiment rien trouvé à sauver de ce film …
PYRAMIDE - Image du film 2 Levasseur - Go with the Blog

Si on passe volontiers sur le scénario très classique (des archéologues descendent dans les souterrains d’une Pyramide inconnue et s’y retrouvent enfermés, puis s’y perdent avant de devoir faire face à des ennemis invisibles), on ne va pas pouvoir trouver des circonstances atténuantes pour tout le reste en revanche.

En effet, le film part dans tous les sens, multiplie les ‘ennemis’ : on se retrouve avec notre petit groupe d’archéologues poursuivis à la fois par des sphinx pas contents, une grosse bestiole non identifiée, auxquels s’ajoutent une menace toxique qu’on ne nous expliquera jamais véritablement, qui provoque une détérioration de la peau …
PYRAMIDE - Image du film 7 Levasseur - Go with the Blog
Plus les personnages s’enfoncent dans les dédales de la Pyramide, plus le film multiplie les pistes, pour finir par s’égarer totalement. Car dans un film d’horreur, il est important – voire essentiel – que la menace soit une et précise, afin que le spectateur s’y retrouve. Même si on peut garder le mystère sur cette menace pendant une partie de l’histoire (forces obscures, animaux, êtres humains malveillants, dangereux, dégénérés, psychopathes, …), il faut tout de même pouvoir comprendre ce que cherchent à fuir les personnages principaux.

PYRAMIDE - Image du film 3 Levasseur - Go with the Blog

Par ailleurs, les personnages de PYRAMIDE sont bien trop caricaturaux et prévisibles pour que l’on ait la moindre empathie pour eux. On est même franchement pas loin de les trouver ridicules par moments.

Mais surtout, PYRAMIDE reprend exactement le même pitch que (le très bon) THE DESCENT sorti en 2005, si ce n’est que les spéléologues sont remplacés par des archéologues.
Or, THE DESCENT avait le mérite de tenir son sujet jusqu’au bout avec un seul & unique ennemi sous terre (à savoir des êtres difformes et aveugles dont on ne découvrait l’apparence que tardivement). De plus, le scénario du film laissait apparaître au fur et à mesure des rivalités inattendues entre les personnages féminins, dynamisant ainsi le récit et lui apportant une dimension dramatique et violente supplémentaire.
PYRAMIDE - Image du film 4 Levasseur - Go with the Blog
Non seulement PYRAMIDE manque cruellement d’originalité, pire il reprend sans sourciller le pitch d’un autre film sorti en salles il y a à peine dix ans. Mais en plus, PYRAMIDE n’a même pas pris la peine de soigner les effets spéciaux et le rendu visuel des monstres.
Et comme si cela ne suffisait pas, le film va piocher de mauvais effets dans le found footage (ce principe cinématographique qui consiste à nous donner l’impression que l’on voit des images filmées par les personnages eux-mêmes avec leurs caméras ou téléphones portables), rendant l’ensemble encore plus confus qu’il ne l’était déjà.

On espère que dans un an ou deux, Alexandre Aja et Grégory Levasseur nous expliqueront qu’ils n’ont pas eu le final-cut sur ce film, histoire de trouver une excuse à ce PYRAMIDE dont on ne sauve vraiment rien.
En une brique : Raté.

PYRAMIDE, sortie en France le 06 mai 2015.

Article rédigé par Elle.
PYRAMIDE - Visuel Large THE PYRAMID movie Levasseur - Go with the Blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

3 commentaires

  1. mdrrrr merci pour cette avis intransigeant je vous adore 🙂

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top