Accueil / Cinéma / HUNGRY HEARTS : mon fils, ma bataille

HUNGRY HEARTS : mon fils, ma bataille

HUNGRY HEARTS - Go with the Blog - AfficheHUNGRY HEARTS commence comme une jolie comédie romantique, avec une scène d’introduction drôle et originale.
On assiste à la rencontre de Jude et Mina, une rencontre vite suivie d’une idylle puis d’un mariage, et enfin d’un petit bébé. Jusque là tout est classique, mais rapidement pendant la grossesse de Mina, leur quotidien se transforme d’une façon à peine perceptible.
Mina se révèle être une mère excessive, très protectrice jusqu’à en devenir obsessionnelle. Peu à peu, ses précautions vis-à-vis de son enfant deviennent une véritable prison à la fois autour de son mari et de leur fils, dans des proportions de plus en plus folles.

HUNGRY HEARTS adapte la trame principale du roman italien « Il bambino indaco » de Marco Franzoso, mais transpose à New York l’histoire de ce couple en apparences banal. 

HUNGRY HEARTS est un film assez déstabilisant avec une atmosphère très singulière. Le coup de force du réalisateur Saverio Costanzo est de nous entraîner dans une descente aux enfers de manière très douce, sans réellement s’en rendre compte … pour ensuite réaliser que les personnages ne peuvent plus faire machine arrière. En cela, le film est très réussi ! Comme Jude le mari de Mina, le spectateur glisse sur une pente dangereuse et inquiétante.

HUNGRY HEARTS - Image du film 2 Bac Films - Go with the BlogOn a affaire à une mise en scène très subtile, faisant preuve de beaucoup d’intelligence pour rendre à l’écran la suspicion et la méfiance des uns envers les autres.
La démence du personnage de Mina est également bien montrée, et cela grâce aux acteurs en particulier l’italienne Alba Rohrwacher, qui incarne l’intrigante Mina. Son investissement dans le film est formidable, passant inexorablement d’une jolie demoiselle insouciante, à une mère obsessionnelle et protectrice à l’excès de manière assez incroyable. 

Hungry Hearts - Go with the Blog - Image2

Le scénario de ce long-métrage arrive à trouver des éléments pour se renouveler et garder une tension forte, jusqu’au surprenant final. Une tension qui étouffe le spectateur tout en captivant toute son attention, grâce à une réalisation qui n’est jamais dans l’excès.

Dans HUNGRY HEARTS, le réalisateur fait appel à des éléments du quotidien et des personnages lambda pour travailler son récit, rendant l’histoire encore plus crédible et l’immersion du spectateur plus immédiate. Ce dernier se retrouve entraîné lui aussi dans cette sombre tragédie. 

Hungry Hearts - Go with the Blog - Image1

HUNGRY HEARTS est un film plein de tiraillements, de souffrance et aussi de suspense, dans le pire des huit clos, celui de la cellule familiale.
Voilà à coup sûr un film qui ne vous laissera pas indifférents.  

HUNGRY HEARTS, sortie en France le 25 février 2015.

Article rédigé par Lui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

6 commentaires

  1. Ceci n’est pas un film d’horreur mais il fait autrement mieux flipper que tous les « bhou fais-moi peur 1,2,3 » sorties à la chaine. Ce n’est qu’une histoire pré et post natal qui dérape un peu. Une Rosemary version végétalienne. Aussi efficace qu’un Polansky grande époque, avec des personnages dont on ne sait jamais se qu’ils pensent de leur interlocuteur ou s’il faut s’en inquiéter le tout par un simple cadrage. L’habile utilisation de la caméra renforce la progression de l’intrigue vers la quasi terreur.
    Et une superbe musique d’un surprenant N. Piovanni (dont j’ai d’autres bons souvenirs différents) ajoute à l’ambiance.
    Et un final surprenant.
    Et un dernier plan pour…
    Plein de bonnes émotions ciné. Pas facile d’abord tout de même.

    • Bonjour Widescreen,

      En effet ce film a un côté glaçant sans doute parce qu’il est assez réel et non fantastique.
      Un film qui mérite d’être défendu.

      Merci de nous faire partager ton ressenti, c’est toujours un plaisir.

  2. Isabelle de Guinzan

    Effectivement un film qui ne laisse pas indifférent… Pas forcément à voir quand on envisage d’être parent prochainement ^^ J’ai beaucoup aimé la façon dont le sujet était traité, sans anti-ci ou pro-cela. Un duo d’acteurs parfaits aussi. On s’enfonce petit à petit dans une ambiance de plus en plus pesante à mesure que Mina s’enfonce elle dans sa folie. Son personnage reste pourtant jusqu’au bout touchant. Un film vraiment intéressant, visuellement également. Par contre pour ma part je n’ai pas vraiment été séduite par la fin, elle m’a dérangée par rapport au reste du film, j’ai trouvé qu’on n’ « y croyait pas »…

    • Bonjour Isabelle,

      Assurément c’est un film dérangeant a fortiori si l’on désire d’être maman! Je comprends tout à fait.
      En effet, Mina reste touchante et humaine jusqu’au bout même quand elle tombe dans une folie imperceptible et terrible à la fois.

      La fin est peut-être la solution du désespoir, celle de l’impulsivité aussi. Elle est aussi assez expéditive c’est cela son défaut et peut être qui donne cette impression de ne pas y croire.
      Des films comme cela qui noue un peu la gorge qui ne s’arrête pas dès que les lumières reviennent, il n’y en a pas tant que ça, et il faut essayer de les voir.

      Merci pour ton commentaire.

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top