Accueil / Cinéma / EVEREST : là haut sur la montagne …

EVEREST : là haut sur la montagne …

EVEREST - affiche France French Poster movie 2015 - Go with the BlogL’ascension de l’Everest n’est-il pas le défi ultime pour un homme ? … Défier la Nature, les éléments, aller là où presque personne ne va, repousser ses propres limites.

EVEREST relate une histoire vraie tragique, qui s’est déroulée au sommet de l’Himalaya en 1996. C’est le réalisateur islandais Baltasar Kormákur qui a choisi de porter sur grand écran ce périple fou, suivant le projet de deux expéditions distinctes, dont l’une d’elle est emmenée par une compagnie néo-zélandaise Adventure Consultants. Cette société a été créée en 1991 par deux grimpeurs chevronnés originaires de Nouvelle-Zélande, qui proposent d’emmener des groupes de personnes à l’ascension de différents sommets dans le monde. Commercialisant leurs prestations comme n’importe quel voyage organisé, les alpinistes conduisent ainsi en 1996 un groupe de huit hommes et femmes au sommet de l’Everest.

Ce long-métrage avec un budget plutôt très conséquent, renoue avec le genre du film catastrophe. EVEREST en reprend les codes, à savoir un groupe de personnages où chaque individu est rapidement identifié et identifiable, une issue tragique que l’on connaît d’avance ou que l’on voit inexorablement venir, et la volonté de maintenir tout du long une tension constante, jusqu’à ce que la dite tragédie s’enclenche.

Le réalisateur Baltasar Kormákur – dont c’est ici le dixième long-métrage -, est familier des histoires vraies et des films marqués par une tension forte. Et avec EVEREST, on sent qu’il maîtrise plutôt bien son sujet.
EVEREST - Image du film 3 Josh Brolin Jake Gyllenhaal 2015 - Go with the Blog
Tourné en partie dans des décors réels, et notamment au Népal, EVEREST offre au spectateur des séquences de grande beauté dans le blanc immaculé des sommets, notamment dans la première partie du film lorsque l’on suit les différents groupes d’alpinistes progresser dans la montagne jusqu’au premier campement.

Les personnages sont nombreux dans ce récit, et ils ont tous une certaine importance. Le réalisateur a fait en sorte de les rendre le plus identifiable possible pour le spectateur ; ainsi, dans les premières scènes on en découvre certains au moment du départ, disant au revoir à leurs épouses, leurs enfants, ou leurs amis. Et par la suite, plusieurs autres scènes dans le film nous permettent de bien cerner les motivations de chacun dans ce projet de gravir l’Everest.
EVEREST - Image du film 2 Josh Brolin Jake Gyllenhaal 2015 - Go with the Blog
L’ensemble du casting de EVEREST est impressionnant, tant pour les premiers rôles que pour les rôles très secondaires ! Dans la montagne, Josh Brolin, Jason Clarke (vu dernièrement dans LA PLANÈTE DES SINGES : L’AFFRONTEMENT), Jake Gyllenhaal, Sam Worthington, ou encore Emily Watson se côtoient. Et l’on retrouve aussi Robin Wright et Keira Knightley pour interpréter deux des épouses de ces grimpeurs.

Tous ces acteurs de renom sont irréprochables, totalement impliqués ; et pour les personnages principaux, on ressent le gros travail accompli par Josh Brolin, Jason Clarke et Jake Gyllenhaal notamment pour nous faire vivre l’intensité et la dureté de l’ascension du sommet de l’Everest !

Au-delà de son aspect ‘film catastrophe’, EVEREST témoigne aussi en arrière-plan d’une certaine absurdité qui règne dans cette montagne lorsque les différentes expéditions se retrouvent dans une situation de quasi embouteillage pour partir gravir le sommet. Cette thématique, certes évoquée brièvement à deux reprises dans le film, est tout de même particulièrement intéressante, et rend compte d’un certain parti-pris de la part du cinéaste islandais.
EVEREST - Image du film 4 Josh Brolin Jake Gyllenhaal 2015 - Go with the Blog
La scène où les deux chefs d’expédition se disputent la même date pour commencer leur ascension, fait plutôt froid dans le dos, et nous met alors face à pas mal de questionnements sur les motivations individualistes de ces hommes, qui ont fini par les conduire à un drame effroyable (et qui aurait probablement pu être évité …).

EVEREST réussit plutôt bien à maintenir l’intensité de son récit pendant environ les deux tiers de son déroulé. Par contre, la dernière partie du film déçoit un peu, cédant notamment à quelques absurdités (les appels téléphoniques à répétition entre les personnages de Jason Clarke et Keira Knightley par exemple).
De plus, si on apprécie pleinement les plans aériens de la montagne, on est en revanche assez perplexe devant les scènes filmées en plan resserré sur les personnages, lorsqu’ils sont coincés au sommet de l’Everest : on y voit beaucoup trop les décors en carton et la mise en scène sur fond vert. C’est assez dommage, et cela gâche clairement la portée émotionnelle de ces séquences.
EVEREST - Image du film 1 Josh Brolin Jake Gyllenhaal 2015 - Go with the Blog
Un peu inégal, EVEREST rate de peu son ambition d’être un grand film spectaculaire et intense ! Avec une dernière partie marquée par des approximations grossières, le long-métrage de Baltasar Kormákur nous laisse sur une note finale un peu désappointante.
Malgré cela, porté par un casting vraiment parfait, EVEREST se révèle tout de même un film très intéressant et qui a le grand mérite de questionner son sujet. Il revient en tout cas sur une des histoires les plus terribles qu’ait connu l’alpinisme, une tragédie folle quand on y repense avec du recul, et qui nous rappelle que la Nature a bien souvent le dernier mot.

NB : La 3D est plutôt bien exploitée sur quelques grandes scènes. Néanmoins, elle n’est pas forcément ultra indispensable.

EVEREST, sortie en France le 23 septembre 2015.

Article rédigé par Elle.
EVEREST - Bandeau large Facebook film 2015 Universal Pictures France - Go with the Blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

4 commentaires

  1. Bonjour,

    Everest est un bon film dans l’ensemble.
    On s’attarde bien sur le déroulement d’une expédition de A à Z.
    Le film est en quelque sorte scindé en deux parties : La quête jusqu’au sommet et le retour.
    Parce qu’on n’y pense pas au Retour !
    Du début au milieu du film, je me demandais quand les catastrophes allaient venir.
    Un peu déçue de constater qu’il ne se passe rien dans la première partie.
    On est dans l’attente et ce n’est que dans la seconde partie qu’on est au cœur de l’histoire.
    C’est d’ailleurs assez triste ce final. On se doute que certains ne survivront pas, c’est perdu d’avance pour eux…

    Je n’ai pas trouvé les appels téléphoniques absurdes. Cela donnait un certain pathos au film, une émotion plus intense (petite larme.. pour le prénom de leur enfant… toujours mon côté fleur bleue ^^).

    Au tout début, c’était bizarre de rassembler autant d’acteurs connus.
    On a une image récurrente de chaque personnage dans les précédents films (Terminator, Donnie Darko etc…) donc difficile de les imaginer en alpinistes ^^

    Jake dégringole un peu dans ce film mais c’est normal, c’est son personnage dans l’histoire.

    On s’attache rapidement à chaque personnalité et le générique de fin apporte un plus à l’histoire.
    Une sorte d’album. Comme un souvenir qui perdure.

    Très bon film à voir au moins une fois pour se donner une idée de la dureté des montagnes.

    Cordiales Salutations,

    Virginie.L

    • Coucou Virginie,

      Merci beaucoup pour ce commentaire très complet sur le film, c’est top ! 🙂
      Je n’ai pas grand chose à ajouter à ton analyse très complète. On a quelques points de divergence (comme la question des appels téléphoniques, l’intérêt de la première partie du film dont on peut débattre en effet …).
      En revanche, je te rejoins sur la question du casting, à savoir qu’on s’attache effectivement à chacun des personnages qui sont bien identifiés, chacun avec sa propre histoire et ses propres motivations. C’est un point fort du film selon moi, mais c’est vrai que ce casting 5 étoiles aide beaucoup aussi !

      Tu as raison, le film est à voir au moins une fois car cette historie vraie n’est peut-être plus aussi connue de nos jours, et elle dit beaucoup de choses aussi sur nos sociétés modernes, et notre rapport à la Nature. Cette histoire est à mettre en perspective notre obsession contemporaine de vouloir aller partout sur Terre, y compris dans les endroits les plus inaccessibles, à n’importe quel prix ! Mais ne faut-il pas aussi laisser des territoires vierges de toute présence humaine, et laisser la Nature reprendre ses droits dans ces territoires si inaccessibles ? …

      Merci encore. 🙂

  2. Bonjour,

    Exactement ! Très bonne réflexion sur la Nature et l’espèce humaine.

    A la base, quand j’ai vu la bande-annonce, je n’étais pas trop tentée d’aller voir le film car justement je me disais « Quel intérêt de monter du haut du sommet au risque d’y perdre la vie ? »
    Je me demandais pourquoi certaines personnes pouvaient être obsédées par de telles expéditions.
    Maintenant je sais pourquoi 🙂 (Et pour ceux qui ne savent pas : Allez voir le film ^^ )

    Je suis tout à fait d’accord sur le fait de laisser la Nature en paix.
    Il y a de magnifiques lieux sur Terre et oui, on aimerait les visiter car nous sommes curieux des Beautés de ce Monde. Mais parfois, il est peut-être préférable d’observer la Nature à distance, sans l’empiéter et vouloir la conquérir 🙂

    Car à force d’y laisser nos traces, il n’y aura plus de telles Beautés et bien d’autres perdront la Vie.
    C’est certain.

    Donc ce film apporte beaucoup de réflexions sur la Vie, les Hommes, leur Bonheur et les Territoires.

    Car oui, on n’a pas trop discuter de ce thème et pourtant il est très présent :
    Le Bonheur de chacun, la fierté de soi, les objectifs que l’on peut se fixer.

    Quand on sort de la salle, on se dit que parfois on peut être fainéant pour peu de choses et qu’avec de la motivation et un esprit tenace, un être humain peut faire de grandes choses 🙂

    Mais ça c’est un autre débat ^^

    Bonne fin de semaine 😉

    Virginie.L

    • Oui, c’est un des aspects du film qui m’a le + intéressé. Certes, ce sujet n’est abordé que très succinctement, comme je le disais un peu plus haut dans mon article, mais c’est quand même vraiment intéressant de se poser ces questions au regard de cette histoire vraie tragique.

      EVEREST a le mérite d’inviter à se questionner soi-même un peu, et comme tu le dis si bien à la fin de ton commentaire, on sort aussi du film en relativisant un peu nos petits tracas du quotidien. 😉

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top