Accueil / Cinéma / BIS : fans des années 80

BIS : fans des années 80

BIS le film - Affiche Poster Farrugia Dubosc Merad film 2015 - Go with the BlogDepuis son premier film en tant que réalisateur en 1996, DELPHINE 1 – YVAN 0  (qui donnait un de ses premiers rôles en tête d’affiche à Julie Gayet), Dominique Farrugia nous a livré essentiellement des comédies ou des comédies romantiques, assez dispatchées dans le temps.
Avec BIS, il retrouve deux comédiens qu’il avait déjà dirigés par le passé : Franck Dubosc et Kad Merad. Ici, le pitch est plutôt simple : Eric et Patrice, amis depuis le lycée, ont connu des trajectoires de vie très différentes. Le premier tient un restaurant japonais et profite de la vie et des femmes, sans vraiment penser à se fixer avec quelqu’un. Le second, devenu gynécologue très réputé, mène une vie bien installée avec sa femme médecin et leur fille.
Un soir à la maison de campagne d’Eric, les deux potes forcent un peu trop sur le vin rouge, et chutent dans les escaliers de la cave. Les voilà tombés dans une faille spatio-temporelle, et ils se retrouvent renvoyés en 1986, l’année de leur Bac !

Il faut vraiment aller voir BIS comme une comédie légère sans prise de tête, et qui mise avant tout sur les prestations de ses deux acteurs principaux et quelques bonnes punchlines bien écrites. Sans prétention, ce cinquième film de cinéma de Dominique Farrugia met en marche une mécanique scénaristique classique, déjà vue dans d’autres films français ou américains : celle des anachronismes et du choc des générations, en catapultant ses personnages principaux dans une époque en décalage avec leur âge.

Retour donc en plein cœur des années 80 ici, entre vestes en jeans trop grandes et walkman sur les oreilles, cabines téléphoniques à pièces et mobylettes à la sortie du lycée ! La reconstitution de l’époque est plutôt correcte, certes très très balisée dans les décors (on voit bien que chaque objet est minutieusement placé dans le champ de la caméra pour qu’on n’oublie jamais que l’on est en 1986), mais elle permet surtout de rappeler de bons souvenirs aux trentenaires et aux quarantenaires qui iront voir le film.

Si l’on a connu cette époque, on sourit volontiers en revoyant ces objets qui nous remémorent à tous des bons moments de nos années collège ou lycée, entre le Rubik’s Cube, les patins à roulettes ou encore les t-shirts LC. Waikiki !  😉
BIS le film - Image 1 Farrugia Dubosc Merad film 2015 - Go with the Blog
Le récit de BIS est lui aussi relativement simple, mais il a le mérite de tenir une dynamique jusqu’au bout. Grâce à une trame narrative suffisamment écrite autour du thème de la ‘seconde chance’, nos deux personnages principaux sont emmenés dans différentes péripéties qui tiennent la route, et surtout le film esquisse une petite réflexion sur le destin, les choix que l’on fait dans la vie, et notre capacité à prendre conscience que le bonheur est aussi dans les choses simples de la vie.

Évidemment, BIS doit beaucoup à Franck Dubosc et Kad Merad, omniprésents à l’écran, et sur qui repose toute la dynamique comique du film. Le duo fonctionne très bien, trouvant un équilibre dans leurs oppositions et leurs personnalités contraires. On regrette cependant que les scénaristes se soient limités à écrire des personnages déjà joués à plusieurs reprises par les deux acteurs, à savoir le séducteur désinvolte pour Franck Dubosc, et le père de famille bien pépère pour Kad Merad. Il n’y a aucune prise de risques à chercher de ce côté là.
BIS le film - Image 2 Farrugia Dubosc Merad film 2015 - Go with the Blog

Il est un peu dommage que cette comédie ne se soit pas donnée un peu plus d’ambition car entre un bon casting, le kitsch des années 80, et le petit brin de nostalgie qui fonctionne toujours, il y avait sans doute la possibilité d’aller un peu plus loin dans le projet, et proposer ainsi une comédie vraiment folle.
On en veut pour preuve les meilleurs moments du film, qui correspondent à des instants où le scénario lâche prise et s’offre de vraies libertés : lorsque les personnages de Franck Dubosc et Kad Merad vont rencontrer Eddie Barclay en 1986 pour lui chanter « L’envie d’aimer » de la comédie musicale « Les dix commandements » datant de 2000, ou qu’ils tentent de vendre au producteur Claude Berri les pitchs des films LES VISITEURS et BIENVENUE CHEZ LES CH’TIS !

Par ailleurs, BIS réussit à toucher furtivement la corde sensible à deux reprises : quand Franck Dubosc va rencontrer un tout jeune joueur de football poussin du nom de Zinedine Zidane, et qu’il lui dit de ne surtout pas lâcher le football (avec des dialogues assez caustiques) ; et quand ce même personnage joué par F.Dubosc promet à son père (interprété par un excellent Gérard Darmon), qui vient d’assister en 1986 à la triste élimination de la France à la Coupe du Monde, qu’un jour cette même Équipe de France sera championne du Monde en battant le Brésil.

Deux moments plutôt émouvants, car ici le film accepte brièvement de donner de la vie au conflit des générations, en dépassant le simple ressort humoristique, pour laisser vivre l’émotion de ces personnages.
BIS le film - Image 3 Farrugia Dubosc Merad film 2015 - Go with the Blog
Comédie française de bonne facture, BIS bénéficie d’une écriture de qualité, nous offrant quelques répliques quasi déjà cultes, en tout cas vraiment marquantes, drôles et bien senties !
Si l’on n’a rien à redire à l’ensemble du casting – y compris les seconds rôles tous très justes -, on regrette peut-être que Dominique Farrugia n’ait pas voulu donner davantage d’ambition à son film, qui aurait sans doute été capable d’aller au-delà de la simple comédie légère, comme l’avait réussi sur quasiment le même sujet Noémie Lvovsky en 2012 avec CAMILLE REDOUBLE.

Cliquez & retrouvez la bande originale années 80 du film BIS !

BIS, sortie en France le 18 février 2015.

Page Facebook officielle du film BIS.

Article rédigé par Elle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé ? Découvrez d’autres articles :

9 commentaires

  1. christelle canal

    hello
    je suis mitigée, aller le voir ou pas, car comme noté dans votre critique nous les avons déjà vu dans des roles de seducteur et pere de famille , j aurai aimé les voir justement dans un role inédit ou a l inverse dans un role ou l on ne les attends pas !!

    • Hello,

      Oui, le film n’est pas d’une grande originalité, c’est certain.
      Après, c’est une comédie agréable, on y passe un bon moment et certaines séquences sont vraiment drôles !
      À toi de faire ton choix 😉

  2. Je suis allée avec mon fils et on a beaucoup rigolé, deux supers acteurs ! et pour ceux qui ont connu les années 80 légèrement nostalgique et mortel   bref on y passe un super moment de détente !

    • Bonjour coxygold,

      Merci beaucoup de ton avis, c’est cool que tu y sois allée avec ton fils, il a ainsi découvert une époque qu’il n’a pas connu, c’est sympa 😉
      Oui, la nostalgie fonctionne bien, le film repose beaucoup sur ça, et on rigole bien 🙂
      À bientôt !

  3. Merci pour cette avis super intéressant, je suis né en 86 donc je ne connais pas trop les années 80 mais en 90 c’était a peu de chose près pareil alors hâte de le voir en plus Franck Dubosc j’adore, je devais y allez mais avec les souci je n’ai pas pu mais j’espère allez le voir avant qu’il ne soit plu dispo au ciné
    Bon dimanche et Bonne fêtes a toute les mamies 🙂

  4. J’ai trouvé ce film très moyen malgré la prestation de Kad Merad et Franck Dubosc et une idée séduisante : le retour aux années 80, le scénario est trop léger… Les scènes les plus drôles sont dévoilées dans la bande-annonce.

    • Bonjour reginea,

      Merci pour ton avis sur le film ! 🙂
      On est d’accord, le scénario aurait pu être + étoffé & offrir ainsi + de scènes vraiment drôles, voire hilarantes, en allant plus loin dans l’idée principale du film.

      À très bientôt sur Go with the Blog ! 😉

Répondre au message de Elle Annuler ma réponse

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

*

Scroll To Top